31 millions d'euros investis par la CILE pour une station de traitement bio à Ans

22/09/16 à 15:18 - Mise à jour à 15:18

Source: Belga

La Compagnie Intercommunale Liégeoise des Eaux (CILE) a investi 31 millions d'euros dans la construction de la première station de traitement biologique de nitrates à Ans, un processus unique en Belgique, a annoncé vendredi Alain Palmans, directeur général de l'Intercommunale.

31 millions d'euros investis par la CILE pour une station de traitement bio à Ans

© Getty Images/iStockphoto

Cette station d'épuration, qui traite quotidiennement 35.000 mètres cubes, dénitrifie les eaux venant des captages de Hesbaye, fortement imprégnées de nitrates en raison de l'activité agricole et de l'urbanisation massive des terres. Cette opération est réalisée de façon biologique grâce à des bactéries qui dégradent le nitrate avant de le rejeter en azote gazeux. La deuxième phase consiste à faire passer l'eau dans quatre filtres à charbon actif qui éliminent alors les pesticides contenus dans l'eau. La troisième et dernière phase consiste en une électro-chloration qui évite toute infection de l'eau lors de sa sortie de la station d'épuration.

Ce processus global permet, au bout de la journée, une déperdition de 15 mètres cubes seulement. "Ces mesures de protection ne doivent nullement occulter l'importance de poursuivre les efforts afin de réduire l'infiltration des nitrates vers les eaux souterraines", soutient le gouvernement wallon. Cette nouvelle installation a nécessité un investissement de 31 millions d'euros sur les 171 consentis pour le renouvellement des installations, le doublement de l'adduction du ruisseau Néblon et la réalisation de cette nouvelle station d'épuration. La CILE, qui emploie 400 personnes et dessert 250.000 foyers, a pu compter sur la banque européenne d'investissement pour financer la moitié de l'investissement. (Belga)

Nos partenaires