5 raisons pour construire une maison sans attendre

27/02/14 à 16:45 - Mise à jour à 16:45

Source: Je Vais Construire

Est-ce le bon moment pour commencer à construire une maison ou faut-il attendre que les temps soient meilleurs ? Enquête à Batibouw.

5 raisons pour construire une maison sans attendre

© Belga

En marge de Batibouw, il semble que construire soit devenu impayable pour les jeunes couples. En outre, l'incertitude plane sur le bonus logement et la crainte d'un marché immobilier en baisse et même d'un krach immobilier règnent.

Nous avons interrogé les exposants du Palais 8 de Batibouw et avons noté cinq raisons de construire une maison maintenant et de ne pas attendre. Et nous n'avons entendu qu'une note dissonante.

1. Les réglementations deviennent plus sévères - construire devient plus cher

Selon Chris Heyvaert de l'association des Architectes Bâtisseurs, construire devient de plus en plus cher. "Les matériaux et la main d'oeuvre ne baissent jamais de prix, mais la principale raison de construire tout de suite et de ne pas attendre est due à la PEB (Performance énergétique des bâtiments). Cette directive se renforce annuellement, ce qui rend la construction beaucoup plus chère chaque année".

"Entre maintenant et 2021, les valeurs énergétiques et les valeurs de ventilation que doit respecter une maison, ne feront que se renforcer. Il faut toujours investir davantage en matériaux et en mesures. Bientôt, tout le monde devra installer des panneaux solaires et des chauffe-eau solaires pour atteindre ces valeurs. De plus, on ne bénéficiera pas des subsides d'il y a quelques années".

"Nous notons également ici à Batibouw que les gens n'attendent plus de construire. On ne va plus revenir à 2009 ou à 2010, mais le marché bouge et ce mouvement ne va pas dans le mauvais sens".

2. Les prix de l'immobilier ne vont pas baisser

"Plus vous attendez, plus construire deviendra cher" explique également Maarten Verschueren de C&M Vastgoed. "Les prix de l'immobilier ne diminueront pas, même si beaucoup de gens attendent une baisse".

"Chaque année, il devient de plus en plus difficile de construire une maison, et particulièrement pour les jeunes. Ceux qui ne peuvent financer l'apport personnel par les banques ou qui ne sont pas aidés par leurs parents se retrouvent devant une tâche très difficile. L'apport personnel met fin à de nombreux rêves de construction. Et sinon, les projets de construction restent coincés à moins de 300.000 euros".

3. Les terrains à bâtir deviennent impayables

Même son de cloche chez Kris Parmentier de Matexi. "Les gens de la classe moyenne peuvent déjà être contents s'ils arrivent à construire une maison jumelée. Le marché des maisons isolées est devenu un privilège des riches."

"Actuellement, on entend souvent que le marché de l'immobilier baissera. Cependant, ce ne sera vraiment pas le cas. Et tout devient plus cher : les réglementations, les matériaux de construction, la main d'oeuvre. Mais ce sont surtout les terrains à bâtir qui deviennent impayables. À la côte, on ne trouve presque plus rien. Les terrains à bâtir se raréfient également à d'autres endroits. C'est une tendance qui ne changera pas".

4. L'argent à la banque ne rapporte rien

"Les gens doivent se contenter de la maison qu'ils peuvent payer" explique Dominique Bernaert de Scheldimmo. "À l'époque, ce n'était pas obligatoire. Mais attendre de construire et laisser l'argent à la banque n'est pas une alternative. De l'argent sur un compte ne rapporte plus rien du tout".

Scheldimmo constate également que les jeunes ont de plus en plus de mal et qu'ils doivent abandonner à cause des exigences élevées de la banque ou parce que leurs parents ne peuvent pas les aider. "Nos clients sont de plus en plus âgés".

"Pour un projet de construction moyen, il faut compter un budget de 250.000 à 300.000 euros, terrain à bâtir non compris. En fonction de l'endroit où vous voulez vivre, il faut y ajouter 100.000 à 150.000 euros. On parle alors d'un montant de presque 500.000 euros".
"Nous aidons nos clients à chercher des solutions alternatives et payables. Ainsi, nous construisons de plus en plus de parcs d'habitations ou de maisons dans lesquelles plusieurs familles partagent un seul jardin".

"Nous nous sommes également spécialisés dans les maisons géothermiques, une technologie récemment encore trouvée beaucoup trop chère. Maintenant, moyennant une plus-value de 8.000 euros, nous pouvons proposer une maison à nos clients qui respecte déjà les normes PEB sévères de 2021. Les subsides permettent d'amortir les coûts supplémentaires en cinq ans".

5. Les banques refusent des prêts et prêtent de moins en moins

Les conseillers de Superhuis recommandent aux personnes qui hésitent entre construire maintenant et attendre de commencer tout de suite. Outre les hausses de prix, ils notent surtout une évolution inquiétante auprès des banques.

"À l'époque, littéralement tout le monde se voyait accorder un prêt hypothécaire par la banque. La banque prêtait à des taux d'usure et ne demandait pratiquement pas de garanties et la banque ne prêtait pas seulement pour tout le projet, elle prêtait même pour 125 pour cent des coûts".

"À présent, c'est tout à fait différent. Les taux d'intérêt sont historiquement bas. De plus en plus de gens se voient refuser un prêt. Ceux qui peuvent encore emprunter doivent apporter 30 pour cent de fonds propres. De plus en plus de parents ou d'autres parties doivent garantir le prêt. Nous craignons que cette évolution se poursuive encore longtemps. Aujourd'hui, nous voyons effectivement des projets de construction s'effondrer parce que les banques refusent de participer".

6. Ou vaut-il mieux attendre un peu avant de construire?

La seule note dissidente vient du côté de Stessens NV. "Si un client nous dit qu'il hésite à construire maintenant, nous lui conseillons d'attendre" explique Jelle Geerits. "Il n'est pas dans notre nature de pousser les gens".

"Construire sera effectivement plus cher, mais la hausse ne sera pas aussi élevée que ce qu'on dit maintenant. Il est vrai qu'on n'échappe pas aux coûts salariaux en hausse, à la nouvelle réglementation et au manque de terrains à bâtir, mais nous sommes à l'aube d'un grand nombre de percées en matière de matériaux de construction. Nous en voyons déjà les signaux à Batibouw".

"Les hausses de prix resteront sous contrôle. C'est obligatoire, sinon personne ne pourra encore acheter. Nos grands-parents aussi craignaient que construire devienne impayable et nous construisons toujours".

"Nous ne conseillons pas à nos clients de mettre leurs projets de construction au réfrigérateur. Nous leur conseillons d'abord de bien planifier, de bien préparer un dossier et de faire en sorte de posséder le budget nécessaire. S'ils ont besoin de deux ans pour cela, il faut qu'ils prennent ce temps. Il est inutile de se foncer tête baissée dans une aventure de construction de peur qu'elle soit encore plus chère".

Eddy Eerdekens

En savoir plus sur:

Nos partenaires