80 pour cent des feux ouverts et poêles sont vieillis et peu écologiques

04/04/13 à 09:32 - Mise à jour à 09:32

Source: Je Vais Construire

Un tiers des Belges disposent d'une cheminée ou d'un poêle dans leur salon en plus de leur chauffage traditionnel au gaz, à l'électricité ou au mazout. La majorité des Belges les considèrent comme un complément agréable au chauffage de leur maison. Pourtant, huit Belges sur dix disposent d'un modèle vieilli et plus d'un sur deux ne fait pas nettoyer sa cheminée chaque année. Comme cette situation ne profite pas au rendement, à l'écologie et à la sécurité, 53 pour cent d'entre eux souhaitent acheter un nouvel appareil. C'est ce que révèle une étude réalisée par Stûv.

80 pour cent des feux ouverts et poêles sont vieillis et peu écologiques

© Thinkstock

Les combustions fossiles demeurent une source importante de chauffage pour nos habitations (87%). 1 Belge sur 3 possède un feu ouvert ou un poêle en plus d'un chauffage traditionnel . Et un quart des Belges qui n'en ont pas voudraient en installer un. Ce type de chauffage constitue un complément au chauffage central au gaz, au mazout ou à l'électricité et apporte atmosphère et convivialité dans une maison. Cependant les modèles vieillis nuisent au rendement, à l'écologie et à la sécurité. "Le grand nombre de feux ouverts et de poêles vieillis implique des inconvénients. Beaucoup d'appareils dégagent trop de chaleur pendant un court laps de temps, ce qui fait que la pièce devient beaucoup trop chaude et que l'énergie n'est pas utilisée efficacement et rentablement. En outre, les appareils vieillis émettent trop de particules néfastes à l'environnement", explique Gérard Pittance, le fondateur et administrateur délégué de Stûv.

L'étude réalisée par Stûv démontre que la majorité des foyers et poêles existants sont vieillis (87%) et ne satisfont plus aux normes sévères en vigueur depuis deux ans. C'est pourquoi la moitié des personnes en possession d'un poêle ou d'un foyer souhaitent remplacer leur appareil par un nouvel exemplaire. Ils évoquent l'écologie (34%), l'efficacité (22%) et la sécurité (18%) comme motifs principaux.

Les avantages d'un feu ouvert ou d'un poêle à bois

Les néerlandophones considèrent le rendement (70%), le prix (51%) et le design (41%) comme les critères les plus importants à l'achat d'un feu ouvert ou d'un poêle à bois. Les participants francophones sont également attirés par le rendement (69%) mais en second lieu ils mentionnent la possibilité d'associer un poêle à bois à leur chaudière. Ils indiquent également la convivialité procurée par un bon feu (35%).

Les inconvénients

Par contre, les inconvénients évoqués sont le prix (43%), les aspects pratiques tels que l'entretien et le rangement du bois (50%) ainsi que la difficulté de régler la température (49%).

(LVR)/Trad.CB

En savoir plus sur:

Nos partenaires