Arne Pauwels, finaliste national des James Dyson Awards

31/08/12 à 15:50 - Mise à jour à 15:50

Source: Je Vais Construire

C'est à l'unanimité que le jury belge des James Dyson Awards a sélectionné les lauréats nationaux de ses 18 pays participants. Récompenser une création inventive qui réponde à une problématique donnée : telle était la mission de la compétition. C'est 'baridi', le projet d'Arne Pauwels, qui a finalement été retenu.

Arne Pauwels, finaliste national des James Dyson Awards

Arne Pauwels sera cette année diplômé de l'option 'développement de produits' de l'Artesis Hogeschool d'Anvers. Le jeune étudiant a inventé le 'baridi', une chambre climatisée transportable conçue pour venir en aide aux agriculteurs d'Afrique subsaharienne. C'est au cours d'un voyage d'études en Ethiopie qu'Arne a pris conscience des immenses distances parcourues par les Ethiopiens pour vendre le produit de leurs récoltes. Chaleur et piètres conditions de transport obligent, 40% des fruits et légumes se perdent en route. Etant donné que 50% des profits sont ensuite réinvestis dans les couts de production, c'est finalement sur l'unique marge de 10% que (sur)vivent ces paysans éthiopiens.

Le 'Baridi' - terme qui veut dire 'froid' en Swahili - recréé l'ensemble des conditions les mieux adaptées au transport de graines, mais sans recourir aux installations frigorifiques couteuses et énergivores. Le dispositif permet de prolonger de quelques jours à plus d'une semaine le temps de conservation des aliments. Résultat : les pertes consécutives au transport des marchandises sont réduites à 5%, tandis que les profits de la récolte augmentent de 450% ! Pour fonctionner, la machine d'Arne Pauwels ne requiert qu'un peu d'eau et de soleil.

Grâce à sa transportabilité, le 'baridi' épargne aux agriculteurs de nombreuses allées et venues au marché : les paysans, qui s'y rendent habituellement tous les jours, ne doivent plus réaliser le trajet que deux fois par semaine. 'L'Afrique compte un milliard d'habitants', explique Arne Pauwels. 'Au cours des 15 prochaines années, cette population croitra encore de moitié. L'approvisionnement en aliments devra suivre ... Et tout cela sur un continent déjà accablé par la faim. C'est pour pallier à cette problématique et pour éviter les inconvénients liés aux techniques de conservation de ces peuples que le 'baridi' a été conçu, moyennant une technologie minimale.', conclut-il.

Selon le jury, la simplicité du dispositif créé par Arne Pauwels fait son accessibilité. Axel Enthoven, président du jury, confie : 'On ne peut applaudir l'innovation et la créativité que si elles s'intègrent à un projet, à un produit utile à la société et que si leur qualité est supérieures à celle des concepts précédents.'

Concept et développement

Le 'baridi' s'inspire du réfrigérateur 'pot-in-pot' qui valut à Mohammed Bah Abba un Rolex Award. Ce n'est qu'à la suite d'une prise de conscience et après s'être longuement informé au sujet du fonctionnement de ce frigo qu'Arne Pauwel s'est attelé à l'amélioration du précédent dispositif. 'Plus je cherchais, plus le problème me semblait lié aux méthodes locales de transport des marchandises', explique le jeune inventeur. 'Ces marchés insalubres jouxtent des spas, des voitures de luxe et des immenses projets immobiliers. Le pays me semblait schizophrène, sans compromis. Le 'baridi' combine donc matériaux techniques - plastique, panneaux solaires - et méthodes de conservation archaïques.'

La chambre climatisée d'Arne Pauwel recourt à un humidificateur d'air qui protège les graines de l'assèchement. Le 'baridi' est en outre muni d'un manche et de sachets destinés aux clients. L'appareil est enfin pourvu d'un appentis qui permet d'exposer les fruits et légumes à l'ombre du soleil. Résultats : une conservation prolongée et une vente plus rentable. Le contenu des étals disposés à même le sol, sur les terrains poussiéreux des marchés, ne valent en effet presque rien.

'L'absence d'un service après-vente et les problèmes liés au transport de la chambre sont les inconvénients majeurs de l'invention' continue Arne Pauwel. Afin de dépasser ces écueils, les 'baridis' pourraient cependant être produits et assemblés sur place. Cela créerait de l'emploi et de nouvelles compétences.' La chambre est en polypropylène, la variété de plastique la moins couteuse. Le châssis est constitué de tuyaux d'acier. Il s'agit de produits standard, très faciles à trouver. Le prix du 'baridi' ne devrait donc pas dépasser 150 €.'

Concours international

Distinction internationale dans le milieu du design, le 'James Dyson Award' cherche à encourager et à inspirer la nouvelle génération d'ingénieurs design. En tant que lauréat national, Arne Pauwel remporte la somme de 1000 £. Un 'certificat James Dyson Award' lui sera également décerné. 'Cette distinction est très connue dans le monde de la création', confie Arne Pauwel, 'Elle représente une belle plus-value dans un portfolio. Espérons qu'elle m'aidera à trouver rapidement du travail, en tant que créateur débutant, dans une agence de création ou au sein d'un projet de développement.'

Les noms des différents candidats internationaux au James Dyson Award seront connus dès septembre. Il faudra cependant attendre le 8 novembre pour connaître l'identité du tout grand vainqueur. Ce dernier repartira avec la coquette somme de 10.000 £ britanniques.

Renske De Maesschalck

Nos partenaires