De moins en moins de personnes arrivent à boucler le financement de leur habitation

17/01/13 à 11:52 - Mise à jour à 11:52

Source: Je Vais Construire

Le nombre d'habitations mises en vente a augmenté en 2012, mais le nombre de ventes a diminué. C'est ce que révèle l'agence immobilière ERA. Non seulement les banques accordent les prêts de plus en plus difficilement mais en plus tous les vendeurs ne sont pas prêts à demander un prix réaliste.

De moins en moins de personnes arrivent à boucler le financement de leur habitation

© thinkstock

Les agents ERA mentionnent que l'année dernière ils ont eu 2,5% de plus de maisons mises en vente alors qu'à cause des mauvaises circonstances financières ils ont vendu 6% d'habitations de moins qu'en 2011.

Selon Iain Cook, directeur managing de ERA Belgium, il y avait non seulement moins de demandes, mais beaucoup de transactions n'ont pas pu avoir lieu parce que les acheteurs n'arrivent pas à boucler le financement. Les banques sont devenues plus sévères, ce qui n'est d'ailleurs pas mauvais à long terme."

Apport de fonds plus élevé, critères plus sévères et temps d'attente plus long

Avant la crise de 2008, il était encore possible de bénéficier d'un financement de 120% du prix d'achat mais celui-ci a baissé à 90%, 100% maximum. Selon ERA, il est même difficile de financer 90%. Iain Cook : "La conséquence est que quelqu'un qui achète une habitation de 200.000 euros doit maintenant pouvoir sortir 50.000 euros alors qu'en 2008, ce n'était pas plus de 10.000 euros ou 20.000 euros maximum. Boucler un financement dure également beaucoup plus longtemps. A l'époque, c'était fait en 1 ou 2 semaines, maintenant cela dure 3 à 4 semaines. Les critères sont également devenus sévères."

Pol Vanacker, coadministrateur d'ERA Belgium, indique qu'en outre les banques examinent également le montant gardé par les acheteurs après le paiement de leur mensualité. "En fonction de la situation familiale, ce montant doit certainement être de 1.000 euros" déclare Vanacker.

Certains vendeurs ignorent la situation du marché

En 2010, ERA a vendu 74% des maisons mises en vente par le réseau. Ce pourcentage est progressivement descendu à 62% pendant l'année écoulée. D'après Iain Cook, c'est surtout dû aux propriétaires qui ne sont pas prêts à adapter leur prix aux nouvelles circonstances du marché.

"Pour le moment, ce sont les acheteurs et non les vendeurs qui déterminent le prix d'une habitation. Les propriétaires qui mettent leur maison en vente et choisissent d'ignorer cette situation, mettent du temps à vendre leur habitation ou ne la vendent pas du tout."

La différence entre le premier prix de demande (le prix demandé lors de la première mise sur le marché d'une habitation) et le prix de vente final a tout de même légèrement baissée : d'un peu moins de 10% en 2011 à 8,5% en 2012.

Alain Declercq, analyste et Senior Consultant d'ERA: "Celle-ci concerne la différence entre les prix des logements vendus. Les habitations pas encore vendues ou pas vendues du tout, ne sont pas concernées", souligne-t-il. Declercq ajoute : "La différence de prix d'habitations vendues en moins de 30 jours n'était que de 3%, et ce chiffre s'approche progressivement de 10% pour les habitations vendues entre 3 et 4 mois et jusqu'à 13% de plus pour les logements vendus seulement après 6 mois."

Selon ERA la conclusion est claire: qui souhaite vendre rapidement doit commencer par demander un prix réaliste. (KS)

Nos partenaires