De plus en plus de personnes sans emploi fixe se voient refuser une location

13/06/13 à 11:05 - Mise à jour à 11:05

Source: Je Vais Construire

De plus en plus de bailleurs d'appartements ou de maisons demandent aux candidats-locataires de démontrer qu'ils bénéficient d'un contrat de travail à durée indéterminée. C'est ce que révèlent les quotidiens Het Nieuwsblad et De Standaard. Les propriétaires refusent souvent les personnes qui disposent d'un contrat intérimaire ou temporaire.

De plus en plus de personnes sans emploi fixe se voient refuser une location

© Belga

À cause de la crise économique, les propriétaires veulent être certains de trouver un locataire capable de payer son loyer tous les mois. C'est pourquoi de plus en plus de candidats-locataires doivent montrer leur contrat de travail ou donner les coordonnées de leur employeur. "Ce n'est pas autorisé" estime Katelijne D'Hauwers, le directeur du Syndicat National des Propriétaires (SNP). "Un bailleur peut demander à un candidat-locataire de prouver son revenu en montrant une fiche de paie par exemple, mais il n'est pas autorisé d'imposer des conditions sur le type de contrat" a déclaré D'Hauwers au journal De Standaard.
Le Centre pour l'Égalité des Chances et l'Union des locataires enregistrent de plus en plus de plaintes. "celles-ci sont justifiées, parce qu'exiger un contrat fixe relève de la discrimination" a déclaré le directeur du centre Jozef De Witte. "L'année passée, nous avons reçu 133 plaintes en matière de logement. Pour la première fois, la discrimination sur base financière vient en tête de liste, avant même la discrimination raciale".

De Witte estime pourtant qu'il est logique que les propriétaires veuillent plus de sécurité. C'est pourquoi ceux-ci plaident pour un fonds de garantie locative destinée à protéger autant les locataires que les bailleurs. Selon la ministre flamande du Logement Freya Van den Bossche, ce fonds devrait voir le jour début de l'année prochaine.

Belga/KS

Nos partenaires