Eagles of Architecture: "Nous redessinons des exemples illustres de l'histoire"

07/06/18 à 15:33 - Mise à jour à 15:33

Le jeune bureau d'architectes anversois Eagles of Architecture ne se limite pas à un nom qui claque. Le centre artistique deSingel, à Anvers, accueille actuellement une exposition entièrement dédiée à la vision de cet "aigle" sur l'architecture. Nous avons estimé qu'il était grand temps de laisser la parole à son fondateur, Bart Hollanders, pour qu'il nous présente la philosophie et l'oeuvre de son bureau.

Eagles of Architecture: "Nous redessinons des exemples illustres de l'histoire"

© -

Le bureau Eagles of Architecture dessine et développe des projets plutôt par passion que par esprit d'entreprise. "Pour chaque projet, nous définissons un ensemble de règles, qui sont parfois transmises au projet suivant, mais pas toujours", explique Bart Hollanders. "Le pluriel dans notre nom, Eagles of Architecture, renvoie à l'ambition de travailler en groupe, mais le singulier qui suit dévoile le fait que cette collaboration ne connaît pas de fin. Des convictions partagées assurent la cohésion du groupe."

Apprendre à concevoir en apprenant à dessiner

Dans le monde de la musique, il y a les Eagles of Death Metal. Et dans le monde de l'architecture, les Eagles of Architecture ont eux aussi une bonne dose de rock'n roll, avec une façon de travailler bien à eux. Ils dessinent à l'instar des autres architectes, mais pas uniquement des nouveaux projets. Le bureau s'inspire en permanence de points d'ancrage culturels, et cela peut aller assez loin. "Nous travaillons sur nos projets quatre jours par semaine, qu'il s'agisse de projets privés ou publics, de petits ou de gros bâtiments, en passant par des scénographies d'expositions, précise Bart Hollanders. Nous gardons le cinquième jour pour redessiner des exemples illustres de l'histoire."

L'un de ces exemples est le Palazzo Rucellai, à Florence, de Leon Battista Alberti, un humaniste du XVe siècle. Les dessins du bâtiment illustrent le jeu de patience qui caractérise les projets des Eagles. Une figure occupe une place particulière dans l'oeuvre de Bart Hollanders. "Je suis passionné par Ludwig Mies van der Rohe, explique-t-il. Pour van der Rohe, apprendre à concevoir, c'est apprendre à regarder et à dessiner. Dans l'un de ses exercices, les élèves recopient cinq de ses créations sur une simple feuille de papier." En quête d'effets optiques, les architectes d'Eagles of Architecture ont dessiné ces mêmes projets, mais selon de nouvelles perspectives. C'est ainsi qu'un dessin avec une perspective en contre-plongée du plafond du Convention Center de Chicago (jamais réalisé) apparaît beaucoup plus complexe que ce que laissaient supposer les dessins iconiques de Mies van der Rohe.

Les Eagles ont tranformé une maison du XIXe siècle de la Maarschalk Gérardstraat à Anvers.

Les Eagles ont tranformé une maison du XIXe siècle de la Maarschalk Gérardstraat à Anvers. © -

Dans sa quête architecturale, Bart Hollanders a sillonné le monde. "En revenant toujours aux mêmes endroits - New York, Florence, Venise -, nous essayons d'utiliser nos souvenirs comme source pour nos propres créations. Lors d'une visite ultérieure, d'autres caractéristiques nous sauteront aux yeux, et c'est ainsi que la mémoire constitue une banque d'images introuvables dans un moteur de recherche", ajoute-t-il.

Une philosophie de conception très spécifique

La méthode de travail très particulière d'Eagles of Architecture s'exprime bien évidemment dans ses projets. Lors de la transformation d'une maison du XIXe siècle de la Maarschalk Gérardstraat à Anvers, le bureau a travaillé sur la zone de tension entre la tendance de l'époque à habiller autant que possible les habitations et le modernisme, qui tend vers le strict opposé. "Nous avions développé des revêtements muraux dans l'esprit du XVIIIe, avec une création distincte pour chaque pièce, tout en les contaminant avec un code de couleurs fonctionnel du XXe siècle", explique Bart Hollanders. Pour la rénovation de l'hôtel de ville de Mortsel, Eagles of Architecture a imaginé une manière inventive de gérer l'isolation. Comme le bâtiment doit également abriter la bibliothèque, Eagles of Architecture a élaboré un système d'étagères profondes, courant le long de la façade comme un lambris monumental. Une plinthe offre une assise en partie basse tandis que, sous les bibliothèques et derrière, il y a tout l'espace nécessaire pour l'isolation. Au-dessus, les murs sont habillés de blocs maçonnés en saillie sous le plafond, pour former une moulure arrondie. Comme la bibliothèque s'étend sur toute la superficie de l'hôtel de ville, les autres fonctions, telles que la salle des mariages, sont aménagées de manière centrale dans l'espace, en tant que structures indépendantes, comme le choeur d'une cathédrale.

Comme son nom le laisse supposer, Eagles of Architecture est un bureau qui a de la suite dans les idées. Si vous voulez en savoir plus, rendez-vous à deSingel pour y découvrir l'exposition organisée par le Vlaams Architectuurinstituut jusqu'au 10 juin.

www.eaglesofarchitecture.com

Nos partenaires