Groen : "Une extinction des feux due aux coupures de courant ? Politique de sabotage de la part d'Electrabel"

10/05/12 à 14:36 - Mise à jour à 14:36

Source: Je Vais Construire

De nombreuses coupures de courant pourraient survenir dès l'année prochaine, et a fortiori dès 2014, sur l'ensemble du territoire belge. La capacité énergétique actuelle de notre pays parait en effet insuffisante.

Groen : "Une extinction des feux due aux coupures de courant ? Politique de sabotage de la part d'Electrabel"

© Belga

De nombreuses coupures de courant pourraient survenir dès l'année prochaine, et a fortiori dès 2014, sur l'ensemble du territoire belge. La capacité énergétique actuelle de notre pays parait en effet insuffisante. C'est ce qui ressort d'un rapport rédigé par l'administration de l'énergie. Le bulletin laisse la porte ouverte à une éventuelle prolongation du service des anciens réacteurs nucléaires.
D'après le rapport de l'administration de l'énergie, le risque de coupure de courant serait accru lors de pics de consommation, qui surviennent surtout en hiver. C'est surtout à partir de 2014 qu'il faudra s'attendre à ces black-outs. Cette année-là, trois centrales thermiques brulant des carburants fossiles devraient en effet fermer leurs portes. Et, pour autant que soit suivi le plan de sortie du nucléaire convenu, trois réacteurs devraient également cesser leur activité à l'horizon 2015.

Le rapport n'exclut pas la prolongation du service de la centrale de Tihange ou des deux plus petites centrales de Doel.

Groen proteste
Kristof Calvo, membre Groen à la chambre, refuse que ce nouveau rapport énergétique devienne un prétexte pour retarder la sortie du nucléaire. Le parti vert considère le bulletin comme une tentative de "sabotage de la part d'Electrabel". "Si cette politique de sabotage cessait, nous pourrions envisager de fermer les centrales nucléaires de Belgique", livre l'écologiste avant de poursuivre : "Comme nous le montrent des pays tels que l'Allemagne et le Japon, il s'agit d'une question de volonté". Prolonger de dix ans le service des plus anciens réacteurs représenterait "une erreur sans précédent", d'après Kristof Calvo.

Afin de garantir la sécurité de l'approvisionnement lors des pics de consommation, Groen souhaite que les anciennes centrales thermiques au charbon et au gaz ne ferment leurs portes qu'à la suite du feu vert de la CREG. "Dans le cas contraire, Electrabel appliquera une stratégie de pénurie, qui prévoira la fermeture des centrales au charbon et au gaz dans le but de consolider les bénéfices du nucléaire", argumente encore Kristof Calvo.

La SP.A refuse de "céder au chantage d'Electrabel"Informée des problèmes potentiels liés à l'approvisionnement énergétique, la chef de groupe sp.a à la chambre Karin Temmerman a répondu que les socialistes flamands continuaient à lutter pour une sortie du nucléaire dès 2015, et qu'ils ne comptaient "aucunement se plier au chantage d'Electrabel". Le producteur d'énergie prévoit en effet la fermeture d'une série de centrales à combustibles fossiles, ce qui "pourrait faire obstacle à la sortie du nucléaire."

"Nous sommes convaincus que si nous cherchons suffisamment, il ne devrait pas y avoir de pénurie", ajoute la socialiste sur base des informations diffusées par la presse. Elle postule que d'autres centrales pourraient rester ouvertes plus longtemps, attire l'attention sur les nouvelles centrales au gaz actuellement en construction et souhaite examiner avec les Pays-Bas l'ensemble des possibilités d'importations envisageables.

Le Voka : "trop peu d'investissement dans la production conventionnelle"D'après le Voka, le problème ne réside pas tant dans la fermeture des centrales nucléaires que dans le manque d'investissement dans la production conventionnelle qui prévaut en Belgique. L'organisation d'employeurs désigne l'incertitude juridique et la politique de tolérance comme les causes du défaut d'investissements.

Le Voka considère que les autorités belges et flamandes doivent concevoir une politique d'investissements, transparente et plus prévisible afin de réduire la réticence des producteurs d'énergie à investir encore dans les centrales à charbon ou à gaz, par exemple. D'après le Voka, de tels investissements sont nécessaires afin d'éviter la survenue de futures pénuries de courant.

"Un environnement qui diabolise les producteurs d'énergie"
D'après l'organisation, notre pays se trouve dans environnement qui "dépeint les producteurs d'énergie comme des entreprises qui ne font que de mauvaises choses. Voyez le grabuge qui entoure le coût de l'énergie. On ne pointe du doigt que les producteurs d'énergie, sans vraiment s'arrêter sur la part qu'y tiennent les nombreuses taxations, majorations et impôts infligées par les autorités."

Au cours des prochaines semaines, le secrétaire d'Etat à l'Energie Melchior Wathelet (CDH) devrait s'atteler à trouver des solutions à ce problème. Le gouvernement sera contraint de trancher au plus tard le 21 juillet. (Belga/SD/KS)

Nos partenaires