La nouvelle construction est en pleine mutation: réflexion sur le long terme

06/03/15 à 09:40 - Mise à jour à 24/02/15 à 15:22

Pendant Batibouw, Eric Cloes, le rédacteur en chef de 'Je vais construire & rénover', nous donne quotidiennement sa vision sur le secteur de la construction.

La nouvelle construction est en pleine mutation: réflexion sur le long terme

© Essenta Living

Pour rester accessible au plus grand nombre, la nouvelle construction est en pleine mutation : maisons de plus en plus compactes, surfaces de vie revues à la baisse, locaux de service réduits à leur plus simple expression, grenier, cave et garage supprimés... Si l'on peut saluer cette faculté d'adaptation à de nouvelles contraintes, la crainte est de voir se répéter les erreurs du passé. Explication.

Au début du XXe siècle, de nombreuses maisons mitoyennes ont été construites sans aucune réflexion sur leur évolution future. Leur composition était issue d'un plan unique et économique à souhait : deux pièces en enfilade au rez-de-chaussée et à l'étage, un petit grenier sous toit, une cage d'escalier latérale et un cabinet d'aisance dans le jardin. La suite, tout le monde la connaît : les années 1950 ont vu l'éclosion de nombreuses annexes destinées à accueillir cuisine, buanderie, salle de bains, WC intérieur... Une ou deux générations se sont ensuite employées à détériorer complètement la physionomie de ces maisons en ajoutant de nouvelles extensions au bâti existant, le plus souvent sans permis d'urbanisme et avec les matériaux les plus disparates.

Les maisons construites actuellement pourraient bien subir le même sort que ces maisons ouvrières... L'absence quasi totale de locaux de rangement dans les plans de départ va rapidement générer un besoin d'espace supplémentaire, entraînant la construction d'annexes diverses. L'intégration de ces extensions sur les plans d'origine présente l'avantage d'optimiser les volumes, les vues, les relations entre l'intérieur et l'extérieur, les choix de matériaux... mais aussi d'éviter tout risque ultérieur de conflit avec l'urbanisme. En effet, il n'est plus possible aujourd'hui de vendre un bien affecté d'une irrégularité urbanistique. Autant le savoir !

Eric Cloes

Rédacteur en chef

Nos partenaires

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience d'utilisateur. En continuant à surfer, vous acceptez notre politique de cookies. Plus d'infos