La nouvelle édition de 'Tu bâtis, je rénove' est disponible

28/08/14 à 12:19 - Mise à jour à 12:19

Source: Je Vais Construire

Dans le tout nouveau magazine, la rédaction explique comment soigner votre isolation. Quelle est l'importance d'une bonne isolation acoustique et comment rénover son isolation ? 'Tu bâtis, je rénove' plonge également dans la cuisine et analyse l'aménagement de cet espace de vie important. Finalement, le magazine vous propose un aperçu de toutes les primes de construction et d'énergie.

La nouvelle édition de 'Tu bâtis, je rénove' est disponible

Édito Et le bonus logement alors ?

Il est un fait certain que le bonus logement tel que nous le connaissons aujourd'hui ne sera plus le même demain. Depuis l'annonce de son transfert dans le panier des compétences des entités fédérées, il est devenu évident que cet avantage fiscal ne restera pas en l'état.
C'est donc une certaine inquiétude qui monte du côté des candidats à l'achat d'une maison. La disparition pure et simple de ce bonus créerait, en effet, une sacrée différence. Il ressort d'une étude récente qu'un ménage bénéficiant de cet avantage paie, en moyenne, 1 300 € de moins par an pour le remboursement de sa maison. Une somme qui, au bout de vingt ans, grimperait tout de même à près de 26 000 €.

Une autre enquête, menée par le constructeur Maisons Blavier en début d'année, montre que ce sont surtout les Flamands qui s'inquiètent de la disparition du bonus logement. Les Wallons, quant à eux, semblent y tenir beaucoup moins. Par contre, ils verraient d'un bon oeil l'arrivée d'une compensation sous la forme d'une réduction de la TVA de 21 à 6 % pour toute construction neuve. Une divergence d'opinion somme toute logique, si l'on tient compte que l'offre en terrains est plus grande en Wallonie.

Les partisans de la révision du bonus logement pointent le fait qu'il contribue à l'augmentation des prix de l'immobilier résidentiel (jusqu'à 7 %). Mais de l'autre côté de la balance, la crise a frappé durement les ménages qui ne peuvent plus payer les prix affichés, surtout dans le segment moyen, alors que c'est là même qu'il y a le plus de biens à vendre. La plupart des candidats acquéreurs font une offre de 10 à 15 % inférieure au prix demandé.
Et quelles seraient les conséquences d'une révision du bonus logement pour le secteur de la construction et pour l'économie en général ? Il est très probable qu'une modification soudaine entraînerait des conséquences négatives. La crise n'est pas encore derrière nous, il est important de maintenir, au marché de l'immobilier, une certaine stabilité.

Nous ne devons pas non plus passer à côté de l'essentiel. On n'a cessé de nous répéter qu'acheter sa propre maison constituait une "assurance pour la vie". La propriété immobilière est l'un des piliers de la pension et donc une donnée sociale cruciale. La subsidier ne signifie pas distribuer des "cadeaux". C'est une question d'ordre social et, dans ce domaine, on ne peut pas tout supprimer comme ça, du jour au lendemain. Il faut sans doute aborder le problème autrement. En réduisant les montants des droits d'enregistrement, par exemple, sans oublier d'offrir des soutiens directs à ceux qui investissent dans la durabilité.

Rein Verhoeven rein.verhoeven@roularta.be

Nos partenaires

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience d'utilisateur. En continuant à surfer, vous acceptez notre politique de cookies. Plus d'infos