La Wallonie ne veut pas de bâtiments en piteux état

20/03/13 à 15:16 - Mise à jour à 15:16

Source: Je Vais Construire

Les bâtiments que la Région wallonne doit recevoir du pouvoir fédéral dans le cadre de la cinquième réforme de l'État, approuvée sous la législature arc-en-ciel, sont dans un piteux état, a déclaré mardi le ministre wallon en charge des bâtiments, Jean-Marc Nollet, en réponse à une question de Jean-Luc Crucke (MR).

La Wallonie ne veut pas de bâtiments en piteux état

© Imageglobe

La réforme élaborée sous l'égide du gouvernement Verhofstadt prévoit le transfert de bâtiments relevant de l'Agriculture et les Palais provinciaux vers les Régions. La Wallonie souhaite recevoir des bâtiments dans un état qui lui permette d'exercer correctement ses compétences, a expliqué le ministre. Or, cette condition ne semble pas rencontrée. "Force est de constater que seul le Palais provincial de Wavre se trouve dans un état acceptable", a souligné Nollet.

Des investissements de 34 millions d'euros sont nécessaires pour les bâtiments relevant de l'Agriculture et les Palais provinciaux. "C'est pourquoi la Wallonie demande un engagement financier du gouvernement fédéral pour résoudre cette question et enfin débloquer ce transfert qui date de la cinquième réforme de l'État. Ce problème n'a que trop duré! Il est temps de faire preuve de créativité pour sortir de l'impasse", a demandé le ministre écolo.

M. Nollet dit comprendre les difficultés budgétaires auxquelles

font face tous les niveaux de pouvoir et qui empêchent de dégager

immédiatement des montants en "cash". Il est donc ouvert à la discussion si le fédéral décidait de libérer des moyens selon un plan de financement pluriannuel. Un groupe de travail interfédéral a été mis sur pied. Le comité de concertation a examiné la question le 6 mars et a renvoyé le dossier vers le groupe de travail.

M. Nollet se dit prêt à prendre le temps nécessaire pour régler ce

problème mais entend que le fédéral assume ses responsabilités. "La Wallonie n'a pas les moyens de devenir le réceptacle de bâtiments dont le fédéral n'a pas jugé opportun de s'occuper avec le soin requis pour des raisons que lui seul connaît". (Belga/KS)

En savoir plus sur:

Nos partenaires