Le passif et ses clichés

11/03/11 à 15:25 - Mise à jour à 15:25

Source: Je Vais Construire

La maison de Caroline et Gilbert en ossature bois est l'une des rares en Belgique à être certifiée passive.

Le passif et ses clichés

© G. Andernack

Voici le témoignage de Caroline et Gilbert qui vivent depuis 3 ans dans une maison passive dans la région d'Aubel, à l'est de la Belgique, non loin d'Aachen. Aujourd'hui, cette maison en ossature bois est l'une des rares en Belgique à être certifiée passive.
JVC: Quelles sont les différences avec les autres types d'habitat ?

Gilbert: 'De l'extérieur, une maison passive ressemble à une maison traditionnelle. Ce qui est différent, c'est ce qui se passe à l'intérieur. Tout d'abord, on remarque qu'il n'y a aucun système de chauffage central, c'est-à-dire pas de radiateurs, pas de chaudière, pas de thermostat. Dans notre maison passive, nous avons fait le choix de vivre avec la météo. Il faut donc être préventif !

Pour les jours de grand froid, le poêle à pellets chauffe les locaux de vie et produit l'eau chaude s'il n'y a pas suffisamment de soleil pour les panneaux solaires thermiques. Ces derniers apportent 60% de l'eau chaude sanitaire (6m² de panneaux et un ballon de 500L). Sinon, les calories sont principalement amenées par les occupants (100W/h) ainsi que par les appareils électriques et électroménagers.'

JVC: Il y a beaucoup d'idées reçues sur la maison passive. Passons-les en revue et dites-nous ce que vous en pensez en fonction de votre expérience.

'La température de l'habitat est de 19°C toute l'année.'
Gilbert: 'Pas exactement. Il s'agit d'une moyenne des températures. La température est relativement constante, principalement durant les entre-saisons, en automne et au printemps.

Durant l'été, les protections solaires et la ventilation permettent de maintenir la température autour de 23°C, mais rien ne nous empêche d'ouvrir la fenêtre en soirée pour rafraîchir la maison. Par contre, durant l'hiver, il faut éviter d'ouvrir les fenêtres pour conserver à l'intérieur les précieuses calories.'

'Il existe un risque de surchauffe lorsqu'il y a trop de personnes dans la maison.'
Gilbert: 'Pas vraiment. C'est sûr que si l'on organise un repas pour vingt personnes, la température peut monter de 2 à 3°C. Dans ce cas, il nous suffit juste d'ouvrir une fenêtre ou une porte pour évacuer la chaleur excédentaire. On peut aussi augmenter le débit de la ventilation mécanique.'

'On vit dans un bocal dans lequel on manque d'air.'
Gilbert : 'Ça, c'est faux. La ventilation mécanique VMC double flux avec récupération de chaleur assure une bonne ventilation. La ventilation est en fait une gestion quotidienne. En été par exemple, on profite de la ventilation nocturne naturelle en ouvrant les fenêtres et en minimisant les apports de la VMC. Durant la journée, la VMC assure un renouvellement de l'air continu.'

'Une maison passive est une maison écologique.'
Gilbert: 'Pas nécessairement. On pourrait reprocher aux amateurs de maison passive de penser que tous les moyens sont bons pour atteindre les objectifs en matière de performance énergétique. En fait, c'est une question de choix. Pour nous, l'usage de matériaux écologiques coulait de source: plafonnage à l'argile, peinture écologique, ossature bois, isolation en bois de cellulose.'

'Une maison passive consomme de toute manière de l'énergie.'
Gilbert: 'C'est vrai, mais très peu. En 2009, notre famille composée de 5 personnes a consommé 615 kilos de pellets, soit l'équivalent de 310 litres de mazout pour un coût total de seulement 170 euros, soit 15 euros par mois.'

Vous pouvez visiter le projet de Gilbert et Caroline sur http://www.messitert241.be

Nos partenaires