Le secteur de la construction est pessimiste

31/01/12 à 15:27 - Mise à jour à 15:27

Source: Je Vais Construire

Le secteur de la construction a enregistré une croissance de 2,5 % en 2011, supérieure à celle de l'économie belge (2 %). Mais la construction se trouve aujourd'hui dans une situation encore plus précaire que fin 2008, lorsque la crise financière a éclaté.

Le secteur de la construction est pessimiste

© Thinkstock

Le secteur de la construction a enregistré une croissance de 2,5 % en 2011, supérieure à celle de l'économie belge (2 %), a annoncé la Confédération Construction. Mais si les premiers mois de 2011 ont été positifs, tous les indicateurs sont passés au rouge début 2012 et la construction se trouve aujourd'hui dans une situation encore plus précaire que fin 2008, lorsque la crise financière a éclaté.

Secteur de mieux résister

Début 2011, les mesures prises par l'Etat en 2009 et 2010 ont permis au secteur de mieux résister que d'autres à la crise. Au cours des mois, tous les indicateurs sont cependant passés au rouge: la confiance des entrepreneurs, le volume des travaux dans les carnets de commande et l'activité, suivis début 2012 par d'autres indicateurs comme la confiance des entrepreneurs, l'activité, les autorisations de bâtir et les faillites.

Une situation précaire

La Confédération Construction estime que le secteur se trouve aujourd'hui dans une situation encore plus précaire que fin 2008, lorsque la crise financière a éclaté. Pour 2012, la Confédération estime que l'arrêt de l'incitant TVA pour une construction neuve provoquera une baisse de 2 % de l'activité totale et la suppression des incitants pour travaux économiseurs d'énergie, un recul de 3,5 %.

Selon la Confédération, ces mesures risquent de réduire la croissance de l'économie de 0,5 % et d'entraîner une perte de 0,2 % de PIB pour le Trésor (soit 800 millions d'euros).

Les propositions de la Confédération Construction

La Confédération Construction a formulé des propositions à l'attention du gouvernement pour une politique de soutien pour une croissance "intelligente" vu le poids de la construction sur l'économie.

La première concerne la fin rapide de l'incertitude autour de la déduction des prêts hypothécaires. La deuxième vise à étaler sur deux ans la suppression de la réduction fiscale pour les investissements économiseurs d'énergie. La Confédération estime que le gouvernement "s'est trompé" car l'économie réalisée atteindra 240 millions d'euros en 2012-2014 et non 780 millions comme escompté.

La troisième suggère la réintroduction d'un avantage fiscal pour l'isolation des murs et des sols. Ensuite, la Confédération veut des mesures de soutien pour les investissements dans des logements neufs destinés au marché locatif.

Enfin, la Confédération souhaite la réintroduction de la TVA réduite pour les opérations de démolition-construction sur tout le territoire. La Confédération a précisé que les contacts avec le gouvernement s'intensifieront en vue du contrôle budgétaire de février. (Belga/RDM)


Nos partenaires