Les personnes qui construisent et rénovent s'inquiètent de l'avenir des mesures fiscales en Belgique

20/02/14 à 10:33 - Mise à jour à 10:33

Source: Je Vais Construire

Une enquête réalisée par Batibouw démontre que les personnes qui construisent et rénovent en Belgique se posent de nombreuses questions en matière de mesures fiscales.

Les personnes qui construisent et rénovent s'inquiètent de l'avenir des mesures fiscales en Belgique

© Thinkstock

Batibouw a réalisé une enquête autour du thème de l'habitat abordable. L'organisateur a interrogé plus de 8000 Belges, dont 80 pour cent caressent des projets de construction ou de rénovation concrets. Ils se sont renseignés sur le financement du projet de construction et sur de possibles avantages fiscaux. L'enquête a révélé que de nombreux Belges se posent des questions sur les finances de leur projet.

La crise est clairement perceptible

Pour plus d'un cinquième de répondants qui comptent construire, la crise est une raison de répartir leur projet sur une période plus longue. 8 pour cent des néerlandophones ont même décidé de remettre leur projet, pour les francophones ce chiffre atteint même les 18 pour cent. Cette tendance est encore plus marquée auprès des personnes qui rénovent. Plus de 30 pour cent des néerlandophones indiquent qu'ils répartissent leur projet sur une période plus longue à cause de crise. Plus de 12 pour cent reportent et attendent une meilleure conjoncture économique. Ici encore, les chiffres sont plus marqués parmi les francophones : 24 pour cent diffèrent leur projet.

Le Belge s'inquiète de l'avenir des mesures fiscales de soutien
Il est indéniable que des mesures fiscales claires peuvent stimuler la confiance des personnes qui construisent et qui rénovent. L'enquête de Batibouw démontre clairement que les Belges s'inquiètent à ce propos. Plus de 30 pour cent des néerlandophones sont préoccupés par les primes pour les mesures qui permettent d'économiser de l'énergie. Ils craignent qu'elles diminuent ou qu'elles soient supprimées. Auprès des francophones, ce chiffre s'élève à 24 pour cent, ce qui est frappant quand on sait que les exigences en matière d'efficacité d'énergie durcissent et demandent donc un plus grand investissement de base.

Et quid du bonus logement?

L'avenir du bonus logement continue également à faire du bruit. Après les élections de 2014, la déduction fiscale du crédit logement ne sera plus une compétence fédérale, mais régionale ce qui signifie que la Flandre, Bruxelles et la Wallonie décideront du bonus. Entre-temps, les politiques ont également promis que le bonus logement tel qu'il existe actuellement continuera à exister au moins jusqu'au 1er janvier 2014. Cette annonce a permis de dissiper une partie de l'incertitude sur les marchés. Cependant, on ignore encore ce qu'il se passera en 2014. Plus de 35 pour cent des répondants néerlandophones et plus de 42 pour cent des répondants francophones craignent que le bonus logement soit modifié ou même totalement supprimé.

Le fait que le bonus logement pourrait changer en 2014 entraîne de nombreuses personnes à réaliser leur projet plus rapidement que prévu. Ce n'est pas illogique, estime Geert Maes, Directeur général de Batibouw : "On maintient le bonus logement en 2014. Les modifications éventuelles entreront en vigueur au plus tôt en 2014, alors que pour l'instant le taux d'intérêt reste historiquement bas. Ceux qui ont envie de construire ou de rénover ne doivent donc pas attendre plus longtemps".

En savoir plus sur:

Nos partenaires