"Pas de surévaluation du prix des maisons belges"

03/04/12 à 12:08 - Mise à jour à 12:08

Source: Je Vais Construire

Selon l'Institut Professionnel des agents Immobiliers (IPI), l'enquête comparative parue dans The Economist serait biaisée. Il semblerait que l'étude "ne tienne absolument pas compte des avantages fiscaux belges".

"Pas de surévaluation du prix des maisons belges"

© Thinkstock

L'étude comparative menée par l'hebdomadaire britannique révèle que le prix des maisons belges subit une forte surévaluation. D'après cette enquête, la Belgique se positionnerait également en tête des pays d'Europe en matière de coûts immobiliers.

Avantages fiscaux
Dajo Hermans, membre de l'IPI, nuance toutefois ces propos : "de nombreuses études affirment le contraire. La nouvelle enquête ne tient absolument pas compte des faibles taux d'intérêt et des avantages fiscaux dont on profite en Belgique. Il est impossible de réaliser de comparaison correcte sans prendre ces éléments en considération."

Hermans reconnaît que les biens immobiliers ne sont pas bon marché dans notre pays. Il ajoute cependant que ces prix doivent être mis en perspective. "C'est certain, nous ne faisons pas face à une surévaluation ou à une situation comparable à celle des Etats-Unis, où il arrive au marché de l'immobilier de s'effondrer subitement."

Le prêt hypothécaire Autre aspect à considérer : en Belgique, l'obtention d'un prêt hypothécaire n'est pas chose aisée. "De nombreuses règles et exigences sont liées au prêt : la bulle immobilière dont il est question aux Etats-Unis ne surgira pas si facilement ici."

Une étude similaire, menée par la Banque Nationale et l'OCDE, avait été publiée il y a quelques mois. L'IPI avait alors fait la même remarque : d'après le président de l'IPI Luc Machon, "nous ne prétendons pas qu'il est bon marché d'habiter notre pays. Nous insistons simplement sur l'importance de rester nuancé . La prudence est de rigueur en matière de ce type de modèle d'étude. Déclarer de but en blanc que les maisons belges sont trop couteuses, c'est un peu facile. Le marché immobilier belge est sain comparé à celui de nombreux autres pays. Au cours des années précédentes, aucune augmentation exubérante des prix ne s'est d'ailleurs manifestée."

Le Bonus habitation
Hermans le reconnaît toutefois : au cours de ces derniers mois, la couverture médiatique du bonus habitation a créé l'incertitude. "Maintenant, il est clair, au moins, que les régions se chargeront de cette matière. Mais nous avons rapidement besoin d'une politique concrète afin d'informer les gens de la forme sous laquelle reviendra cette mesure."

Dajo Hermans martèle enfin que notre regard sur le logement est différent en Belgique. "Ici, le logement représente un investissement. Le marché immobilier belge est l'un des plus sains d'Europe. Des informations telles que celles diffusées par The Economist sèment inutilement la panique. Et cela peut s'avérer très néfaste pour le marché immobilier." (RDM)

En savoir plus sur:

Nos partenaires