Plus de maisons construites en Belgique que dans le reste de l'Europe en 2011

22/05/12 à 11:51 - Mise à jour à 11:51

Source: Je Vais Construire

En 2011, 4, 2 maisons supplémentaires par 1000 habitants ont été construites en Belgique, un chiffre qui positionne notre pays au top européen en la matière.

Plus de maisons construites en Belgique que dans le reste de l'Europe en 2011

© belga

En 2011, 4, 2 maisons supplémentaires par 1000 habitants ont été construites en Belgique, un chiffre qui positionne notre pays au top européen en la matière. Suite à l'accroissement du nombre d'appartements en 2011, la Belgique se situe désormais autour de la moyenne de quatre unités par millier d'habitants. Il ressort cependant d'une étude menée par le cabinet d'audit Deloitte que la Belgique devra rattraper son retard: en comparaison avec d'autres pays européens, le nôtre possède en effet tout juste assez de réserves.

Dans son enquête, Deloitte Real Estate compare les spécificités et les prix de propriétés autrichiennes, belges, tchèques, danoises, françaises, allemandes, hongroises, italiennes, néerlandaises, polonaises, espagnoles et britanniques.

En Belgique, le coût moyen de la propriété s'élève à 2000 ¤ par mètre carré: un prix qui nous situe dans la moyenne des autres pays d'Europe occidentale. En comparaison avec le reste de l'Europe, les biens immobiliers belges ne sont donc pas tellement surévalués. La France, l'Italie et le Royaume-Uni sont les pays les plus chers en matière d'immobilier. Deloitte a en outre calculé une hausse de 3% des propriétés résidentielles belges : cette augmentation va de pair avec l'inflation du coût de la vie.

La Belgique enregistre néanmoins la quatrième plus forte hausse au sein du groupe-cible. Compte tenu du PIB par habitant et du prix d'un logement de 70 m² (quatre salaires annuels belges), notre pays dispose des habitations les moins coûteuses, avec l'Allemagne et le Danemark.

'Nos points de vue modérés sur le marché immobilier 2011 belge sont corroborés par un ratio des charges immobilières totales et par un ratio d'abordabilité favorable (rapport coûts-salaires) combinés à une dette résidentielle à moyen terme', a indiqué Jean-Paul Loozen, associé chez Deloitte Belgique. (HB)

Nos partenaires