Près de la moitié des Belges d'un peu moins de 30 ans possèdent leur bien immobilier

30/04/14 à 13:54 - Mise à jour à 13:54

Source: Je Vais Construire

Même si la crise les inquiète et que les prix de l'immobilier continuent à augmenter, les jeunes Belges désirent acheter un logement. Quatre jeunes belges sur dix sont aidés financièrement par leurs (grands)-parents pour réaliser ce rêve. C'est ce que révèle une étude de l'Observatoire de la vie à la maison.

Près de la moitié des Belges d'un peu moins de 30 ans possèdent leur bien immobilier

© Thinkstock

Près de sept Belges sur dix âgés entre 18 et 30 ans s'inquiètent de la faisabilité financière d'une habitation à soi. La crise, le manque de place et les chiffres de chômages élevés entraînent l'incertitude. L'éventuelle aide financière des (grands)-parents peut constituer une solution pour les jeunes Belges qui veulent acheter. Aussi, les jeunes habitent-ils plus longtemps chez eux pour économiser de l'argent.

L'étude de l'Observatoire révèle que 66 pour cent de la jeunesse sont persuadés que la hausse des prix du logement exercera un impact sur leur vie. En outre, 57 pour cent estiment que la diminution des zones constructibles aura un impact sur leur vie.

Brique dans le ventre

Pourtant, de nombreux jeunes espèrent acheter une maison un jour. Le sondage révèle que 66 pour cent des jeunes Belges estiment qu'il est important de posséder sa propre maison. Malgré l'inquiétude liée à la crise et la diminution des zones constructibles, de nombreux jeunes achètent une habitation. La différence entre les jeunes âgés entre 18 et 22 ans et leurs congénères plus âgés est considérable. Les 18-22 ans ne sont que deux pour cent à acheter une maison, les 23-26 ans 20 pour cent et 45 pour cent des Belges d'un peu moins de 30 ans sautent le pas.

En outre, les jeunes Belges sont des acheteurs en série. Pas moins de 54 pour cent indiquent ne pas vouloir vivre toute leur vie dans leur logement actuel.

Selon l'Observatoire de la vie à la maison, le désir de posséder sa propre maison s'avère plus grand que la peur de la crise. (LP)

En savoir plus sur:

Nos partenaires