Série en 10 épisodes : Crédit hypothécaire vers des taux à 5,5 %

02/02/12 à 10:39 - Mise à jour à 10:39

Source: Je Vais Construire

Selon la Confédération flamande de la Construction c'est le moment pour construire. Pourtant, de nombreux candidats à la construction hésitent encore. Je Vais Construire passe chaque jour en revue l'un des points qui font pencher la balance lorsque l'on souhaite construire. Aujourd'hui : l'évolution du prêt hypothécaire.

Série en 10 épisodes : Crédit hypothécaire vers des taux à 5,5 %

© Thinkstock

Si la crise économique actuelle débouche sur une crise des crédits, les taux des crédits hypothécaires risquent de se lancer dans une valse endiablée. Dans un scénario classique, les taux d'intérêt devraient néanmoins varier entre 3,5 % et 5,5 % selon les spécialistes de De Immotheker. Les taux d'intérêt actuels tournent pour l'instant autour de 3,94 %. Il existe plusieurs manières pour déterminer un taux d'intérêt et chaque institution financière à ses méthodes. Il existe un taux annoncé, connu de tous, et qui sert de ligne directrice. En parallèle de ce taux affiché, le taux que vous devrez payer variera en fonction de votre profil individuel. Combien le client empruntera-t-il ? A quel niveau s'élèveront ses rentrées financières ? En combien de temps veut-il rembourser son emprunt ? Souscrira-t-il à d'autres produits ? Tous ces facteurs influenceront l'établissement du taux de votre crédit hypothécaire.

3,5 % et 5.5 %

John Romain (Immotheker) pense qu'à moins d'une grosse surprise, le taux hypothécaire devrait varier l'année prochaine entre 3,5 % et 5.5 %. Une "grosse surprise" pourrait être que la crise actuelle provoque un resserrement des crédits avec des taux qui s'envole. "A l'heure actuelle, il y a un coût de financement peu élevé, c'est pourquoi les taux sont relativement bas. Sans compter qu'en Belgique, il règne une vraie mentalité d'épargnant, ce qui rend peu probable un resserrement des crédits."

Il existe toutefois une série de facteurs dont il faut tenir compte et qui peuvent entraîner, en peu de temps, un resserrement des crédits. Les autorités ont besoin de plus en plus d'argent et doivent rembourser chaque jour avec des taux d'intérêt plus élevés. Ce qui les pousse à jouer sur le terrain des banques avec, par exemple, l'émission de bons d'État. Par ailleurs, la confiance entre les banques s'est elle aussi érodée et, désormais, les banques ont davantage tendance à placer leur argent auprès de la Banque centrale européenne.

Taux variables

John Romain met en garde ceux qui seraient tentés par des taux variables : selon lui, cela peut se révéler une fausse bonne idée. "C'est une formule attrayante, mais, lorsque les taux à court terme sont si bas, la chance est réelle que les taux s'envolent à un moment ou à un autre. Comme la plupart d'entre nous souscrivent des emprunts sur 25 ou 30 ans, cela peut déboucher sur de très désagréables surprises à moyen terme. Les banquiers déterminent les mensualités par rapport à des règles basées sur les revenus nets des emprunteurs. Ces règles peuvent déboucher sur de grosse mensualité."

L'expert d'Immotheker conseille dès lors, à chaque personne qui souhaite emprunter, de calculer elle-même combien elle souhaite rembourser chaque mois. "Calculer soi-même sa mensualité idéale permet de répondre aux velléités commerciales des banquiers qui sont, eux, braqués sur la vente de leur crédit", précise John Romain. (RDM)

En savoir plus sur:

Nos partenaires