Série en 10 épisodes : Les aides gouvernementales

03/02/12 à 16:06 - Mise à jour à 16:06

Source: Je Vais Construire

Selon la Confédération flamande de la Construction c'est le moment pour construire. Pourtant, de nombreux candidats à la construction hésitent encore. Je Vais Construire passe chaque jour en revue l'un des points qui font pencher la balance lorsque l'on souhaite construire. Aujourd'hui : les aides gouvernementales.

Série en 10 épisodes : Les aides gouvernementales

© Belga

Jusqu'en novembre 2011, la prime régionale venait s'ajouter à la possibilité de déduire de ses impôts 40 % du montant des travaux. Avec certes un effet retard : les travaux effectués en 2011 pouvaient être déduits de la déclaration établie en 2012, et l'effet (diminution, remboursement, voire crédit d'impôt pour les moins nantis) devait apparaître plus tard sur l'avertissement-extrait de rôle, en 2013 pour la plupart des contribuables.

Cela faisait tout de même une sacrée différence, et cette perspective de déduction a encouragé nombre de ménages à se décider à commander les travaux. Des travaux qui pouvaient de surcroît être financés grâce au "prêt vert". Un prêt qui a lui aussi été supprimé. Les seuls travaux encore éligibles pour ces mesures sont ceux commandés avant le 28 novembre 2011, payés avant le 31 décembre 2011, et effectués avant la fin 2012.

Beaucoup de candidats à la construction ont donc fait les yeux ronds lorsque le gouvernement fédéral a décidé de supprimer la déduction fiscale des investissements économiseurs d'énergie. Si c'est un coup dur, cela ne signifie pas pour autant la fin des aides.

Wallonie : un écopack

Côté wallon, l'alliance emploi-environnement devrait se concrétiser avec la mise en oeuvre de l'écopack au 1er mars prochain (ouverture de Batibouw). L'écopack doit permettre aux ménages, en complément des primes, de bénéficier d'un prêt à 0 % d'intérêt pour couvrir, jusqu'à 30 000 euros, toute une série de travaux économiseurs d'énergie (isolation, ventilation, chauffage, vannes thermostatiques, chauffe-eau solaire, panneaux photovoltaïques...). Mais tout cela bien sûr sans l'effet démultiplicateur de la déduction fiscale.

Bruxelles : des primes amplifiées et simplifiées en 2012

À Bruxelles, il a été décidé d'augmenter de 50% le budget des primes favorisant les économies d'énergie. Par ailleurs, le dispositif des primes énergie 2012 se caractérise par une simplification administrative: photos, documentation technique et preuves de paiement ne devront plus être jointes au dossier. Certaines primes sont même plus avantageuses.

C'est désormais Bruxelles Environnement qui garanti l'entièreté du traitement des primes, en lieu et place de Sibelga, qui assurait jusqu'alors la gestion d'une partie des primes. Les primes seront toujours modulées en fonction des revenus et les ménages à faibles revenus bénéficieront donc toujours d'un soutien financier plus important. Par ailleurs, les primes restent toujours cumulables avec d'autres aides (primes à la rénovation et primes communales), ce qui augmente encore la rentabilité des investissements.

Pour les travaux initiés en fin d'année 2011, les dossiers pourront être introduits auprès de Bruxelles Environnement jusqu'au 29 février 2012 avec les formulaires simplifiés de 2012.

Flandre : Priorité sur l'économie d'énergie

En Flandre le gouvernement flamand a fait de l'économie d'énergie sa priorité. Malgré les pertes au niveau fédéral, le gouvernement est convaincu qu'il reste encore assez d'aides pour motiver celui qui souhaite construire ou rénover.

La ministre flamande de l'Énergie, Freya Van den Bossche, met l'accent sur le fait que certaines mesures, comme la déduction fiscale sur l'isolation des toitures, sont en partie maintenues. Selon Freya Van den Bossche "L'isolation des toits, des sols et des murs est pour nous l'une des priorités absolues. Nous sommes contents que les incitants perdurent".

La ministre souhaite également encourager le développement de nouvelles technologies moins énergivores tel que la pompe à chaleur ou encore les boilers solaires. (Michel Delwiche/Belga)

En savoir plus sur:

Nos partenaires