Vente d'une maison: le contrôle de l'installation électrique ne fonctionne pas

10/02/11 à 10:08 - Mise à jour à 10:08

Source: Je Vais Construire

Presque toutes les installations se voient refuser l'approbation, mais les sanctions ne suivent pas.

Vente d'une maison: le contrôle de l'installation électrique ne fonctionne pas

© Thinkstock

L'obligation de contrôle des installations électriques lors de la vente d'une habitation est une mesure qui ne sert à rien. Presque toutes les installations se voient refuser l'approbation, mais les sanctions ne suivent pas, écrit le quotidien De Morgen. Depuis juillet 2008 toute personne qui souhaite vendre son habitation doit faire procéder, par un organisme agréé, à une visite de contrôle de l'installation électrique. Dans 99 pc des cas le résultat du contrôle est négatif, indique BTV, un des plus important organisme de contrôle reconnu de Belgique. "Le problème, c'est qu'avec un tel contrôle, c'est tout ou rien. Soit vous obtenez 100 pc, soit vous échouez."

L'acheteur d'une maison ayant reçu un résultat négatif se voit accorder quelques mois pour faire les adaptations nécessaires et demander une nouvelle attestation. Si les aménagements ne sont pas faits, un procès-verbal doit être rédigé et envoyé au parquet. Mais depuis l'introduction de cette obligation, aucun PV n'a jamais été rédigé. "Le SPF Economie n'a pas assez de personnel pour réaliser ce type de contrôles", indique-t-on au sein du cabinet du ministre de l'Energie Paul Magnette (PS).

Qualité

Une sanction du gouvernement ne risque peut-être pas de tomber, mais l'absence d'attestation peut tout de même conduire à certains problèmes, ajoute-t-on. "Si un incendie se déclare et que vous ne pouvez pas présenter d'attestation, vous pourriez alors rencontrer des problèmes avec votre assureur."

Le ministre n'a pas l'intention de modifier le système. "Il y a aujourd'hui de nombreuses installations qui sont refusées, mais cela conduira dans quelques années à ce que la qualité des installations s'améliore sensiblement", indique sa porte-parole.

Nos partenaires