En images: Un belvédère en bois

13/02/15 à 15:15 - Mise à jour à 15:15

Propriétaires d'un terrain avec une vue exceptionnelle sur la vallée de la Semois, les maîtres d'ouvrage ont fait le pari, pour leur nouvelle maison, de mettre en valeur un matériau qu'ils affectionnent particulièrement, le bois. Le défi a été relevé avec brio par le bureau d'architecture Artau, qui a tiré parti des avantages du matériau tout en gérant astucieusement ses contraintes.

Dès l'origine du projet, la maison a pris le nom de " belvédère ". Parenthèse linguistique, le mot provient de l'italien " belvedere ", composé de bel " beau " et de vedere " voir ". Et ce qualificatif va effectivement comme un gant à cette construction adroitement perchée sur les hauteurs de la vallée de la Semois, en bordure d'Izel, petit village de l'extrême sud de la province du Luxembourg. Un belvédère, certes, mais qui s'intègre harmonieusement dans son environnement. Le bâtiment respecte la typologie particulière des fermes gaumaises. Ainsi, le corps unique et la toiture à deux pans sont bien présents et génèrent la volumétrie principale. Ce sont en fait plusieurs interventions architecturales ponctuelles qui font de cette " ferme typique " une " habitation contemporaine ".

À savoir d'importantes baies vitrées pour alléger la masse du volume, des décrochements de façade pour briser la monotonie ou encore des claustras coulissants pour dynamiser la rigueur de l'ensemble. La maison s'organise donc en un seul volume, implanté parallèlement aux courbes de niveau. Sa position décentrée par rapport au terrain permet de dégager une large zone de jardin au sud et de profiter au mieux de la vue. Le terrain se présentant comme un promontoire en surplomb, les architectes ont naturellement pris le parti d'ouvrir largement le volume vers cette vue et donc vers le sud et l'est.

Une structure bien étudiée

Choix de l'ouverture vers l'extérieur mais également à l'intérieur. Cette option forte, ajoutée à l'attrait des propriétaires pour le bois, a orienté le choix de la structure vers l'ossature en bois préfabriquée. Cette méthode de construction offre en outre des avantages budgétaires et des délais réduits de mises en oeuvre et de montage. La combinaison ossature bois et larges ouvertures a cependant donné du fil à retordre aux architectes car, si le principe est simple, une réalisation durable et de qualité demande une grande précision technique. Une attention particulière a donc été portée aux calculs de stabilité et aux noeuds de liaison.

L'une des particularités techniques est la conception de la mezzanine au-dessus du séjour. Objectif : lui donner visuellement un aspect de plancher en suspension. Il n'y a donc ni colonne ni mur porteur pour la soutenir. La fixation se fait par le haut, plus précisément par un système de tirants métalliques fixés à la charpente. L'implantation centrale de ce plateau dans l'espace, dégagé des grandes baies vitrées, accentue davantage encore l'effet de flottement.

Texte: Cécile Wolfs / Photos: Sandy Macharis

Je vais construire et rénover n°378

ARTAU Architectures

Nos partenaires