L'emplacement des prises et des interrupteurs

17/05/08 à 15:51 - Mise à jour à 15:51

Source: Je Vais Construire

Il faut réfléchir dès le début à l'emplacement des prises et des interrupteurs en fonction de l'aménagement prévu.

L'emplacement des prises et des interrupteurs

Il faut réfléchir dès le début à l'emplacement des prises et des interrupteurs en fonction de l'aménagement prévu pour chaque pièce, pour éviter par exemple qu'une prise ne se retrouve cachée derrière une armoire.

Par ailleurs, il est préférable de ne pas lésiner sur le nombre de prises et de prévoir, si possible, des gaines d'attente dans les murs afin de pouvoir placer dans le futur de nouvelles prises, lampes ou commandes sans tout démolir.

Pour la cuisine, il faudra prévoir suffisamment de prises près du plan de travail. Il est également intéressant d'installer un tableau de fusibles séparé du reste de l'habitation, qui permettra d'ajouter plus tard d'autres électroménagers. Pour le séjour, n'oubliez pas les prises TV et hi-fi, ainsi qu'une prise à proximité de la table, pour raccorder un appareil ou une lampe d'appoint. Pour les chambres, pensez aux prises pour ordinateur, chaîne hi-fi, lampe de chevet et radio-réveil, etc. Dans la salle de bains, vous devez également tenir compte de mesures de sécurité particulières : ne placez aucune prise dans un rayon de 0,6 m de la douche ou de la baignoire.

Si vous envisagez l'installation ultérieure d'une alarme ou d'un système domotique, prévoyez immédiatement les gaines nécessaires. Le surcoût initial sera faible et l'économie ultérieure substantielle ! Enfin, n'oubliez pas le câblage de tous les appareils extérieurs qui se fera la plupart du temps par l'intérieur du bâtiment : parlophone, éclairages muraux extérieurs, alimentation pour volets roulants et stores de protection solaire...

Réaliser un bel éclairage pour son habitation a un impact important sur l'ambiance finale.

Dans les pièces de vie, multipliez les sources de lumière de faible puissance : trois fois 40 W plutôt qu'une fois 100 W. De cette manière, vous pourrez moduler l'éclairage en fonction des besoins en utilisant tantôt une source indirecte réglable en intensité pour donner une ambiance intime ; tantôt un éclairage direct pour baigner la pièce de lumière ; tantôt des éclairages spécifiques pour lire ou mettre un tableau en évidence par exemple. Cette multiplication des sources ponctuelles d'éclairage permet de faire de belles économies d'électricité puisqu'il n'est plus obligatoire d'illuminer toute la pièce en permanence.

Méfiez-vous des ombres portées : un lustre au plafond juste au- dessus d'une table ou d'un bureau créera des ombres disgracieuses lorsque vous vous pencherez en avant. Il est plus intéressant de travailler avec des éclairages latéraux.

Dans la cuisine, privilégiez un éclairage central, renforcé par des éclairages diffus au-dessus des plans de travail. Des appliques permettront aussi d'adoucir l'atmosphère.

Dans le séjour, optez pour des appareils dimés. Si les tons froids dominent, préférez par exemple un luminaire en verre sablé qui s'harmonisera aux coloris. Si les couleurs chaudes font légion, elles seront mieux mises en valeur par un éclairage incandescent.

Dans la salle de bains, la zone d'éclairage la plus importante est la zone près du miroir, qui nécessite une lumière forte et blanche ("daylight") pour une bonne visibilité. Le reste de la pièce peut être éclairé dans les teintes jaunes.

Dans les chambres à coucher, préférez des éclairages ponctuels adaptés à la fonction : tête de lit, placards, table de travail... plutôt qu'un éclairage central au plafond.

Fanny Bouvry

En savoir plus sur:

Nos partenaires