L'éolien domestique : quoi, comment et pourquoi?

08/04/11 à 14:25 - Mise à jour à 14:25

Source: Je Vais Construire

De plus en plus de parcs éoliens fleurissent en Belgique ! Mais le succès du "grand éolien" ne s'étend guère aux particuliers. Pourquoi ce manque d'engouement ?

De plus en plus de parcs éoliens fleurissent en Belgique ! Mais le succès du "grand éolien" ne s'étend guère aux particuliers. Pourquoi ce manque d'engouement ?

1. Les différences entre les grands et petits éoliens

L'éolien "domestique" fait partie du "petit éolien" qui répond principalement à des besoins en énergie domestiques ou industriels modestes, tandis que le "grand éolien" répond à des besoins énergétiques collectifs ou industriels importants. C'est donc la taille de l'installation et sa puissance qui différencient le "petit éolien" du "grand éolien".

1.1 Principales caractéristiques du grand éolien

- Puissance de 2 MW à 6 MW

- Vitesse de démarrage entre 10 et 15 km/h

- Limite des vents à 90 km/h

- Encombrement important (peut nuire au paysage)

- Nuisances sonores

- Possibilité d'accidents techniques

1.2 Principales caractéristiques du petit éolien

- Puissance de quelques kW à ~ 1 MW

- Vitesse de démarrage à partir de ~ 3 km/h

- Limite des vents à ~ 220 km/h

- Faible encombrement

- Peu de nuisances sonores

- Faible probabilité d'accidents

2. Origine de l'énergie éolienne

L'énergie éolienne tire profit du phénomène naturel qu'est le vent. Une éolienne est un dispositif capable de transformer le mouvement du vent en énergie électrique. C'est pourquoi on la nomme aussi "aérogénérateur".

Le vent trouve indirectement son origine dans le soleil. En effet, il est le résultat d'une variation de pression due aux différences de température entre les masses d'air chaud et les masses d'air froid.

Il se déplace des hautes pressions vers les basses pressions. De manière générale, le vent provient donc d'une répartition inégale de la chaleur à la surface de la Terre. Avec des vents très fréquents, la Belgique est une bonne terre d'accueil pour cette énergie renouvelable.

3. Comment ça fonctionne ?

Lorsque la force du vent est suffisante, les pales de l'éolienne tournent, entraînant le mouvement du rotor. Ce dernier est relié à un arbre de transmission, lui-même connecté à un alternateur. L'énergie de mouvement de l'arbre permet à l'alternateur de produire un courant électrique alternatif.

Pour fonctionner, l'alternateur a besoin d'atteindre une vitesse de rotation relativement élevée. C'est pourquoi on greffe au système un multiplicateur de vitesse. Un transformateur assure la régulation de la tension du courant pour qu'il soit facilement transportable par les lignes à moyenne tension du réseau. La centrale où est réinjecté le courant peut alors retransformer celui-ci pour le rendre compatible avec le réseau de distribution public.

Pour que les pales puissent tourner, la vitesse du vent doit être de minimum 10 à 15 km/h pour le "grand éolien", et de 3 à 5 km/h à peine pour le "petit éolien". C'est pour optimaliser la force du vent que le calculateur gyroscopique agit en orientant au mieux les pales face au vent.

Dans un cas comme dans l'autre, le rendement maximum est atteint lorsque le vent souffle à une vitesse déterminée. Au-delà, un système de freinage permet de maintenir une efficacité maximum. Pour éviter les dégâts matériels, le système s'arrête lorsque le vent dépasse une trop grande vitesse (par exemple 90 km/h pour le grand éolien).

4. Conclusion

À terme, les installations individuelles de production d'énergie offrent un rendement et une rentabilité plus faibles que les installations collectives.

En outre, les éoliennes domestiques ne sont pas toujours faciles à mettre en oeuvre et ne représentent donc pas toujours la meilleure solution pour les ménages traditionnels. Avant d'opter pour ce choix, il est important de bien réunir les conditions nécessaires pour que votre installation puisse être rentable.

Jérémy Goldyn

Bon À savoir

Il est inutile d'implanter une éolienne dont la puissance est supérieure à 10 kW, étant donné qu'il n'est pas légal pour le particulier de produire plus de 10 000 kWh par an sous peine de changer de statut en devenant producteur, ce qui entraîne de nombreuses contraintes et responsabilités.

L'activité n'est alors rentable qu'à production élevée, et ce taux de production est difficile à garantir vu le caractère intermittent de la source d'énergie.

Nos partenaires