Pour isoler intelligemment, répartissez les efforts !

27/08/13 à 12:20 - Mise à jour à 12:20

Source: Je Vais Construire

Il n'est pas forcément judicieux d'équiper l'une des parties du bâtiment d'une épaisse couche d'isolation. Pour éviter les soucis, il faut veiller à répartir les travaux d'isolation dans les diverses parties du bâtiment. Il est en effet généralement plus indiqué d'isoler légèrement à plusieurs endroits que d'appliquer une grosse couche d'isolation à un seul emplacement.

Pour isoler intelligemment, répartissez les efforts !

© IQ-Therm

Il n'est pas forcément judicieux d'équiper l'une des parties du bâtiment d'une épaisse couche d'isolation. Pour éviter les soucis, il faut veiller à répartir les travaux d'isolation dans les diverses parties du bâtiment. Il est en effet généralement plus indiqué d'isoler légèrement à plusieurs endroits que d'appliquer une grosse couche d'isolation à un seul emplacement.

Imaginez que vous souhaitiez dans un premier temps isoler les murs extérieurs et envisagiez de faire les choses dans les règles de l'art, en prévoyant d'emblée une isolation de 15 cm. Le toit non isolé et les fenêtres à simple vitrage seront traités plus tard, lorsque vos finances vous le permettront. Vous êtes ainsi convaincu de faire des économies considérables en réduisant les pertes de chaleur par les murs extérieurs.

Ce raisonnement n'est cependant pas totalement exact. Vous améliorez certes les prestations thermiques des façades extérieures, mais vous négligez celles des autres éléments de construction (comme les fenêtres, le toit et les sols). Cette démarche n'est pas sans risques, surtout si les valeurs d'isolation des diverses parties du bâtiment diffèrent beaucoup les unes des autres. La température des différentes surfaces variera en effet fortement. Par conséquent, l'air humide présent dans la maison se refroidira dans les endroits les plus frais, causant la condensation de la vapeur d'eau qui se transformera ensuite en gouttes d'eau. Cela entraînera des taches d'humidité et un risque accru de formation de moisissures, conduisant à un état d'insalubrité.

Apprenez à connaître votre habitation

Pour améliorer l'isolation, analysez donc les prestations thermiques de toutes les parties de la construction (murs, sols, toit et menuiseries extérieures). Demandez éventuellement les conseils d'un spécialiste ou d'un expert en énergie. Un audit énergétique peut également offrir de nombreuses réponses.
Armé de ces connaissances, vous pourrez veiller à mieux isoler une certaine partie de la construction plutôt qu'une autre. Cela n'a par exemple aucun sens de placer du triple vitrage dans des murs extérieurs non isolés ou d'isoler un mur en profondeur si la menuiserie extérieure est encore équipée de simple vitrage. Dans le même ordre d'idée, un toit non isolé sur des murs extérieurs fortement isolés peut également engendrer son lot de problèmes.

Deux options

Dans la pratique, cela signifie que deux options s'offrent à vous : soit vous isolez en profondeur toutes les parties de la construction - par exemple dans la cadre d'une rénovation à grande échelle -, soit vous répartissez vos efforts en matière d'isolation. Il est par exemple conseillé de remplacer d'abord le simple vitrage par un vitrage à haut rendement (Ug = 1,0 W/m²K) et de ne pas isoler d'emblée les murs creux, au lieu d'opter uniquement pour une isolation approfondie des murs extérieurs. Ainsi, vous n'obtiendrez certes pas la valeur d'isolation la plus élevée pour les murs, mais les prestations thermiques des murs seront égales à la valeur d'isolation des fenêtres, évitant ainsi les risques de condensation. De plus, en procédant de la sorte, vous obtenez également une meilleure performance thermique de l'ensemble de l'habitation tout en ménageant votre portefeuille.

Tim Vanhove

Nos partenaires