Quelle pompe à chaleur choisir?

25/02/16 à 14:40 - Mise à jour à 14:39

Si vous décidez d'installer un chauffage à énergie renouvelable, vous avez le choix entre de nombreuses possibilités. La pompe à chaleur par exemple, qui puise de la chaleur dans son milieu et la transfère au système de chauffage.

L'installation d'une pompe à chaleur peut faire baisser le niveau E d'une habitation de 20 à 30 points. Mais quelle source de chaleur sera la plus à même de rentabiliser votre pompe à chaleur ? Pour amortir votre investissement le plus rapidement possible, mieux vaut d'abord trouver une réponse à cette question.

Quelle source de chaleur choisir?

Vous avez le choix parmi cinq systèmes différents. Tout d'abord, il y a les pompes à chaleur eau/eau qui puisent leur chaleur dans la nappe phréatique. Celles-ci demandent un forage pour extraire l'eau du sol. Si vous habitez en ville, cette solution est moins évidente, mais si ce n'est pas le cas, les frais d'investissement assez élevés sont compensés par un rendement excellent, le plus élevé de toutes les pompes à chaleur.

La deuxième option, c'est la pompe à chaleur sol/eau, un système géothermique avec un dispositif de tubes horizontal ou vertical. Ici aussi, il faut d'abord forer, même si la chaleur n'est pas extraite de la nappe phréatique, mais du sol. Cela demande un sous-sol adéquat, et une bonne isolation de la maison. Ici encore, il est extrêmement difficile d'installer ce système en ville.

Une pompe à chaleur air/eau transfère la chaleur présente en plein air à un système de chauffage par le sol, de chauffage central ou d'eau chaude sanitaire. Si le climat belge ne permet pas d'atteindre le rendement d'une pompe géothermique, l'installation est simple, y compris en ville, et les coûts sont limités.

La pompe à chaleur air/air fonctionne de la même façon que le type précédent, mais chauffe l'air avant de le souffler directement dans l'habitation. En été, cette pompe peut servir d'air conditionné. Ici, encore le climat ne permet pas un rendement optimal, mais l'installation est simple et l'investissement modeste.

Finalement, il y a encore la pompe à chaleur sol/sol qui diffuse la chaleur extraite du sol sous forme de chauffage par le sol.

Les points d'attention principaux

Pour choisir la bonne pompe à chaleur, il faut tenir compte d'une série de facteurs. Tout d'abord, il y a le prix du forage qui peut varier fortement d'une région à l'autre. Ce coût déterminera largement la rentabilité de l'installation et donc le délai de récupération de votre investissement.

Il faut également tenir compte du nombre de mètres carrés qu'on souhaite chauffer. Si la surface s'élève à moins de 350 m², le surcoût d'un forage ne compensera probablement pas le rendement plus élevé que cela rapportera. Un réseau de captation, une sorte de pompe à chaleur horizontale, peut résoudre ce problème, mais il faut disposer de suffisamment d'espace. Comptez le double de votre surface habitable.

Après avoir choisi la source, n'oubliez pas de prendre un compte la nuisance sonore. Les pompes à chaleur air/eau font parfois beaucoup de bruit. Vérifiez bien les indications de décibels.

Le dernier conseil est assez évident: étudiez bien le rendement de l'installation. Plus le COP est élevé (le rapport entre la quantité de chaleur dégagée et la quantité d'énergie consommée), plus votre consommation est faible. Cependant, pour les pompes à chaleur air/eau, mieux vaut étudier ces valeurs par rapport aux températures extérieures.

Une pompe à chaleur dans un projet de rénovation?

L'une des conditions principales au bon fonctionnement d'une pompe à chaleur, c'est une habitation bien isolée, ce qui n'est pas toujours le cas de projets de rénovation. Pourtant, ici aussi il y a des alternatives durables puisqu'il existe des pompes à chaleur hybrides qui combinent la source d'énergie renouvelable à une citerne de gaz classique. L'installation choisira toujours le système au rendement le plus élevé. En moyenne, cette méthode permet d'économiser 20 à 25% sur sa facture d'énergie. (VC)

Nos partenaires