Tout ce que vouliez savoir sur le chauffage mural

18/02/15 à 14:29 - Mise à jour à 14:29

Tout comme le chauffage par le sol, le chauffage mural est un système basse température qui, comme son nom l'indique, est intégré dans la structure du mur.

Tout ce que vouliez savoir sur le chauffage mural

© -

La température de surface d'un mur peut être supérieure à celle du sol, mais il est préférable qu'elle reste sous les 40 °C et ne dépasse pas 50 °C en raison de l'asymétrie de rayonnement, puisque la chaleur ne provient que d'un mur. Le dégagement de chaleur vers la pièce est aussi nettement plus rapide. Néanmoins, le chauffage mural est généralement considéré comme un complément au chauffage par le sol. La surface disponible, sachant qu'elle ne peut être occupée par du mobilier ou des décorations murales est généralement insuffisante pour combler les besoins en chaleur. L'isolation est, elle aussi, souvent un défi, à moins qu'elle n'ait été prévue lors de la phase de conception.

À l'instar du chauffage par le sol, le chauffage mural peut être posé dans un système humide ou sec. Avec le système humide, les tuyaux sont fixés en boucles via un système de fixation vissé au mur portant. Vous pouvez également recourir à des blocs treillis disposant de "vides techniques" préformés. Ceux-ci accueillent un enduit en deux couches, séparées par un treillis. Le système sec utilise des tuyaux, posés à l'arrière d'un panneau de contre-cloison. Pour une répartition optimale de la chaleur, on place un film métallique ou un fin panneau métallique sur les tuyaux, à l'instar du système sec du chauffage par le sol. L'ensemble est recouvert de plaques de plâtre.

Le chauffage mural peut être purgé par un purgeur automatique ou par des purgeurs manuels disposés, de préférence, à l'étage supérieur de la pièce équipée du système.

Le prix d'un chauffage mural est souvent légèrement supérieur à celui d'un système par le sol. La pose d'un chauffage mural demande aussi beaucoup d'attention dans des murs extérieurs à peine ou non isolés. Dans ce cas, le calcul du point de rosée doit déterminer l'ajout ou non d'un pare-vapeur, afin d'éviter les éventuelles conséquences d'une condensation interne.

Nos partenaires

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience d'utilisateur. En continuant à surfer, vous acceptez notre politique de cookies. Plus d'infos