Un mur chaud

18/01/12 à 10:43 - Mise à jour à 10:43

Source: Je Vais Construire

Le chauffage mural est similaire à un chauffage par le sol, à ceci près qu'il est vertical. Mais est-ce simple pour autant ? Non, car la physique a décidé que la gravité joue un rôle dans le transfert de chaleur. Une surface horizontale ne dégage pas sa chaleur de la même manière qu'une surface verticale.

Un mur chaud

© Van Marcke

À l'instar du chauffage par le sol, la chaleur d'un chauffage mural est dégagée par rayonnement et convection. La gravité n'influe pas sur le transfert de chaleur par rayonnement, car celui-ci relève d'un phénomène d'ondes électromagnétiques entre deux surfaces qui peuvent se "voir". En revanche, la convection ou les courants d'air chaud, qui naissent le long du mur chaud, subissent l'influence de la gravité.

Le réchauffement des particules fait baisser leur densité. Par conséquent, l'air chaud monte et l'air froid redescend. Avec le chauffage par le sol, ces particules montent librement, ce qui génère un flux ascendant d'air chaud relativement uniforme dans toute la pièce. Le chauffage mural induit, lui, un panache d'air chaud qui s'élargit en montant le long de la paroi chaude : étroit dans le bas et plus large en haut.

On ne peut toutefois généraliser ce phénomène pour pouvoir estimer l'efficacité d'un chauffage mural. En effet, le mobilier, la ventilation utilisée, l'infiltration, les surfaces froides vitrées ainsi que l'emplacement et l'ampleur d'autres sources de chaleur présentes (four, réfrigérateur, éclairage...) jouent tous un rôle. On peut néanmoins affirmer que le chauffage mural atténue mieux le courant d'air froid provoqué par un vitrage thermiquement peu performant.

Deux systèmes

Il existe deux systèmes de chauffage mural : une version dans laquelle les conduites de chauffage sont noyées dans le stucage du mur et l'autre recourant à une contre-cloison.
Le premier système est comparable au système du chauffage par le sol humide et présente donc une certaine inertie. Le second est plus proche du chauffage par le sol sec. Les conduites de chauffage se trouvent dans l'isolation, contre laquelle est placée une contre-cloison.

La température de surface

À l'instar du chauffage par le sol, la température de surface du mur est également limitée. Bien que relativement basse, cette température maximale est toutefois légèrement supérieure dans le cas du chauffage mural. Il faut néanmoins faire preuve de prudence. La norme européenne relative au confort thermique stipule qu'il ne peut y avoir d'asymétrie rayonnante désagréable.

En d'autres termes, la différence entre ce que vous voyez à droite et à gauche doit être restreinte. Dans des conditions normales, vous pouvez créer un climat thermique tout à fait agréable avec une température de surface du mur de 40 °C, à condition que le mur d'en face ne présente pas de fenêtres avec un simple vitrage (froid)...

Et qu'en est-il du mobilier et des tableaux pendus au mur ? Cela ne pose pas de problème. Néanmoins, il est préférable de garder un maximum de surface libre. Pour éviter de forer dans une conduite de chauffage, vous pouvez détecter son emplacement exact à l'aide d'une caméra infrarouge. Une autre méthode consiste à humidifier le mur en mettant le chauffage mural à pleine puissance. Les conduites se trouvent aux endroits où le mur sèche le plus vite.

Leen Peeters

Nos partenaires