Du bois dans le jardin

24/08/12 à 08:59 - Mise à jour à 08:59

Source: Je Vais Construire

Le bois est un matériau magnifique et naturel qui peut longtemps résister à l'extérieur, à condition de bien l'entretenir. Nos conseils.

Du bois dans le jardin

© V33

Les essences de bois que l'on utilise aujourd'hui pour les châssis, les portes, les façades, les corniches des toitures plates et les terrasses sont généralement de très bonne qualité. On les laisse souvent grisonner sans que cela n'atténue en rien leur qualité. Mais parfois, cette décoloration ne se fait pas uniformément sur toutes les surfaces : la partie exposée à la pluie présente facilement des striures, la partie ensoleillée grisonne plus rapidement. Un bois qui est très humide et qui subit brusquement un ensoleillement généreux (meubles de jardin, revêtement de terrasse...) risque après quelque temps de présenter des fissurations dans lesquelles les mousses et les algues vont proliférer.

Terrasse et façade

Une terrasse en bois grisonne généralement de façon régulière mais devient glissante sur les parties ombragées à cause de la formation d'algues et de mousses. Attention : il est erroné de penser que le bois strié est moins glissant quand il est humide. En outre, les saletés et l'humidité ont tendance à s'agglomérer dans les cannelures - un bouillon de culture pour les algues.

Il faut d'abord traiter une terrasse en bois avec un produit anti-algues et la nettoyer ensuite avec un nettoyeur à haute pression. Faites-le avec un jet d'eau doux ; en effet, un jet puissant va bien sûr nettoyer le bois mais il l'endommagera en même temps.

Quant au bardage en bois d'une façade - il s'agit généralement de cèdre -, on peut simplement le laisser grisonner. Mais comme cela ne se fait jamais de manière uniforme, on peut aussi le traiter avec une lasure pour obtenir un résultat plus harmonieux.

Portes et fenêtres

Pour un résultat plus uniforme, les châssis et les portes en bois peuvent être parachevés avec une peinture ou une lasure. Ceci présente aussi l'avantage que l'on peut en choisir librement la couleur (par exemple celle qui s'adapte le mieux à la brique de façade).

La peinture connaît toujours un grand succès mais présente un inconvénient : c'est que le bois ne peut plus respirer. La peinture s'écaille après un certain temps, avec pour conséquence qu'il faut tout recommencer (poncer, dépoussiérer et appliquer plusieurs couches de peinture).

Une autre solution consiste à appliquer une lasure sur le bois. Le bois conserve alors plus longtemps sa souplesse. La lasure ne s'écaille pas et demande moins d'entretien : poncer, dépoussiérer et remettre deux couches de lasure. On choisit soit une lasure couvrante, soit une transparente. La lasure couvrante masque les nervures du bois, garantit une plus longue protection et demande moins d'entretien, mais on obtient un aspect beaucoup moins naturel. La lasure transparente laisse les nervures du bois apparentes mais il faut plus souvent la renouveler. En règle générale, on estime qu'il faut redonner une petite couche sur les châssis tous les trois ans (en fonction de l'orientation des châssis). À l'instar de la peinture, la lasure se décline actuellement dans toutes les tonalités RAL.

Le temps idéal pour peindre

Il ne faut jamais appliquer les couches de peinture ou de lasure en plein soleil, ni par temps humide ou avec du brouillard. S'il fait très chaud, la peinture ou la lasure sèche trop vite, n'adhère donc pas aussi bien et s'écaillera plus vite. Par temps humide, la peinture ou la lasure séchera trop lentement, et n'adhérera donc pas bien non plus. Le temps idéal, c'est une journée sèche avec une température d'au moins 15 °C.

Chantal Verrecas

Nos partenaires