Quelles matières pour votre véranda ?

25/06/12 à 15:45 - Mise à jour à 15:45

Source: Je Vais Construire

Le bois, l'aluminium et le verre sont les matières les plus couramment utilisés dans la construction de vérandas.

Quelles matières pour votre véranda ?

© Thinkstock

Les profils en acier et en pvc sont déjà nettement plus rares : tout comme l'habitation en elle-même, les matières et les procédés utilisés doivent répondre à l'ensemble des normes énergétiques. Indéformabilité, caractère anti-condensation, résistance aux conditions climatiques, facilité d'entretien : les critères qui déterminent le choix d'une matière donnée sont légion.

Les possibilités de raccordement sans soudure des matières utilisées, les profils et la cohérence avec la construction préexistante sont d'autres paramètres à ne pas négliger: les raccords impeccables garantissent en effet l'étanchéité totale de la véranda. Ils permettront en outre de bien la protéger du vent.

L'aluminium
Solide et facile à entretenir, l'aluminium est la matière la plus utilisée dans la construction de pièces de jardin. Peu isolants par eux-mêmes, les profils en aluminium bénéficient cependant de la coupure thermique : les fabricants agrémentent aujourd'hui leurs profils de bandes de polyamide extrêmement isolantes. Ce métal peut en outre être anodisé ou laqué. Les aluminiums 'effet acier' ('steel look') et 'effet bois' ont récemment fait leur apparition sur le marché.

Le bois
La véranda marque généralement la transition entre l'environnement intérieur et extérieur. Rien d'étonnant, donc, à la faire construire dans des matières naturelles. Les variétés de bois massif telles que le meranti, le merbau, l'afrormosia ou l'afzelia constituent des bases solides pour les vérandas : les bois tropicaux se caractérisent en effet par une résistance spontanée. Le bois est également un isolant efficace mais nécessite bien plus d'entretien que l'aluminium. Histoire de pallier à cette faiblesse, les deux matières sont régulièrement combinées: le bois reste visible du côté intérieur de la véranda. A l'extérieur, il est recouvert d'aluminium.

L'acier
Les vérandas en acier se raréfient mais n'ont pas encore totalement disparu : il faut dire que ce métal, pourtant assez coûteux, n'a pas beaucoup évolué sur le plan de l'isolation. Solide, l'acier permet toutefois de concevoir des profils raffinés.

Les applications modernes en acier sont antirouille. Leurs soudures sont quasiment invisibles. Entièrement recyclables, leurs profils répondent aux exigences techniques et physiques les plus élevées (Uf 1,9W/m2K) Surtout utilisé dans la construction de vérandas de style 'orangerie', cette matière confère un style plus contemporain et sophistiqué à votre terrasse.

Le pvc

Le pvc connait actuellement une évolution sans précédent. Bon marché et facile à entretenir, cette matière disponible dans un large éventail de couleurs connait cependant une limite : en raison de sa faible capacité de stabilité et de son coefficient d'extension peu élevé, il ne s'applique que difficilement aux grandes vérandas. Afin d'améliorer sa capacité de soutien limitée, on le fortifie généralement d'un noyau d'acier, dont la présence grossit malheureusement les profils.

Le verre
Le verre recouvre généralement plus de 90% de la surface totale des vérandas. Ses capacités de conservation de chaleur et d'énergie sont actuellement en pleine révolution. Afin d'éviter la surchauffe tout en conservant un taux de luminosité optimal, certains doubles vitrages sont traités avec un revêtement spécial.

Pour des raisons de sécurité, c'est le verre feuilleté qui est le plus souvent recommandé. Les matières synthétiques stratifiées, légères et transparentes telles que l'acrylate ou le polycarbonate font régulièrement office de couverture alternative. De telles matières sont également utilisées dans la fabrication de lanterneaux. Pour les murs, on recommande généralement le verre à haut rendement, qui est un bon isolant. En dépit d'une norme standard actuelle est de 1,1 W/m2K, le verre de 0,6W/m2K est de plus en plus utilisé.

Certaines variétés de verre, telles que le verre autonettoyant et le verre auto-chauffant, sont plus spécifiques. Leurs isolants invisibles - de minuscules films métalliques insérés dans chaque plaque de verre - produisent une chaleur rassurante. En outre, il est désormais possible d'intégrer des collecteurs solaires au verre. Certains revêtements réfléchissants et opaques sont également disponibles sur le marché. Tintés, ils confèrent à votre intérieur l'illusion d'un climat ensoleillé en permanence.

Sophie De Vriese. En collaboration avec Stavie Deroc

En savoir plus sur:

Nos partenaires