60% des habitations existantes ne sont pas suffisamment isolées

29/02/16 à 16:18 - Mise à jour à 16:17

Alors que pour les constructions neuves, le Belge fait mieux que ce qu'on lui demande, il a accumulé un retard sérieux pour l'isolation d'habitations existantes. Comment combler ce retard ?

60% des habitations existantes ne sont pas suffisamment isolées

© iStock

Combler le retard

Gino Gaillaert, managing directeurr de Sto et président d'ETICS Belgique (un système de façade à isolation thermique extérieure) explique où on en est aujourd'hui. "Sur les cinq millions de maisons en Belgique, 60% ne possèdent pas de murs isolés et seul 1% de ces habitations est rénové chaque année. Si on veut atteindre nos objectifs relatifs à l'économie d'énergie, ce pourcentage doit dépasser les 2%."

Manque d'ambition

La Belgique n'est pas le seul mauvais élève de la classe. "On voit le même problème à l'étranger. Même si là-bas, on est un peu plus ambitieux" déclare Gaillaert. "Il existe des primes pour stimuler les gens. Le problème, c'est qu'elles sont très strictes sur le plan de la prestation thermique et que par conséquent, c'est trop cher et techniquement trop difficile pour une grande partie de la population."

"L'accès à une bonne isolation est très difficile. Il vaudrait mieux lier des conséquences à tous ces beaux labels d'énergie qu'on a instaurés. Une maison ne respecte pas les exigences modernes en matière d'isolation ? Eh bien, alors on ne peut pas la vendre. Nous devons évoluer vers un triptyque de sensibilisation, de primes accessibles et d'une nouvelle législation" ajoute Gaillaert.

Rénover une maison dans sa totalité

Si on réussit à libérer le budget nécessaire pour rénover et isoler sa maison, mieux vaut refaire toute l'habitation. "Je ne veux pas dire qu'il faut nécessairement faire tous les travaux en une fois. Il est certainement possible de procéder par étape, mais dans ce cas il faut tenir compte de la phase suivante" explique le spécialiste.

L'ordre le plus optimal, c'est d'abord le toit, puis le verre et la façade, et finalement l'isolation de sol. Quand on pose le verre le haut à rendement par exemple, il faut déjà tenir compte de l'épaisseur d'isolation nécessaire pour la rénovation énergétique de la façade. Un professionnel peut certainement vous indiquer les différentes étapes."

La chaleur s'échappe de partout

Gaillaert: "Les murs sont bons pour 20 à 30%, alors que 20% se perd via le toit et encore 20% via les murs. Il y a donc encore beaucoup de bénéfices à réaliser de ce côté-là. L'isolation de sol est certainement intéressante aussi, mais c'est la plus difficile à réaliser, car il faut casser. En outre, le sol présente une meilleure résistance thermique que les murs. Les fondations servent de couche intermédiaire, ce qui réduit la distance jusqu'au froid et donc la perte de chaleur."

"Mais en isolant simplement, on peut déjà économiser 80 à 90% de ses coûts de chauffage, ce qui fait que ces travaux de rénovation sont très bien amortis. Si auparavant vous payiez 1000 euros par an, vous n'aurez plus qu'à débourser 100 euros." (VC)

Nos partenaires