Chauffer une maison passive

22/01/13 à 10:36 - Mise à jour à 10:36

Source: Je Vais Construire

Bien que minime, le chauffage d'une maison passive reste nécessaire. La puissance de chauffe à installer peut être limitée à environ 10 W/m² de surface utile, soit 1,5 kW pour une maison de 150 m², ce qui équivaut à la puissance d'un fer à repasser !

Chauffer une maison passive

Bien que minime, le chauffage d'une maison passive reste nécessaire. La puissance de chauffe à installer peut être limitée à environ 10 W/m² de surface utile, soit 1,5 kW pour une maison de 150 m², ce qui équivaut à la puissance d'un fer à repasser ! Toutefois, les besoins en eau chaude restent les mêmes que dans une maison traditionnelle, et peuvent représenter jusqu'à 70 % des besoins de chaleur globaux. Faire le choix d'une solution qui répond à ces exigences très particulières nécessite donc une sage réflexion.

Une première solution consiste à placer une batterie de chauffe, comme une résistance électrique, dans la VMC double flux à récupération de chaleur, afin de post-chauffer l'air de pulsion et de couvrir le besoin de chaleur via l'air de ventilation.

Vu les faibles puissances en jeu, vous pouvez également installer des sources de chaleur ponctuelles dans certaines pièces, par exemple sous la forme d'un radiateur électrique direct ou d'un poêle. La ventilation répartira ensuite cet apport de chaleur dans l'ensemble des pièces. Attention toutefois, la solution électrique directe trouve ses limites pour l'obtention des primes en Région de Bruxelles-Capitale. Celle-ci impose en effet une exigence complémentaire pour la maison passive, à savoir une énergie primaire inférieure ou égale à 45 kWh/m².an pour le chauffage, l'eau chaude sanitaire et les auxiliaires. Or, le vecteur électrique doit être multiplié par 2,5 lors de sa conversion en énergie primaire. Multipliés par ce coefficient, les 15 kWh/m².an de chauffage ne laissent plus assez de marge pour l'eau chaude sanitaire et les auxiliaires ! Sauf, bien entendu, si la consommation électrique est compensée localement avec des panneaux solaires.

Votre maison passive peut également recourir à un système multi-intégré qui combine dans une seule enveloppe la production d'eau chaude, la ventilation et le préchauffage de l'air pulsé (voir croquis).

Les chaudières gaz à condensation avec brûleur modulant de faible puissance peuvent aussi apporter l'appoint de chaleur requis par le bâtiment et assurer la préparation d'eau chaude. L'importante modulation de puissance des chaudières à pellets leur permet également cet exercice, le combustible étant dans ce cas renouvelable. Vous pouvez aussi installer un poêle à pellets hydraulique qui chauffera la pièce où il est installé ainsi qu'un circuit hydraulique sur lequel le ballon d'eau chaude sanitaire sera raccordé.

Ces différentes solutions utilisant des faibles puissances de chauffage empêchent la production instantanée d'eau chaude et sont avantageusement couplées à un ballon tampon dont les besoins en énergie peuvent être diminués par d'éventuels panneaux solaires thermiques.

On le voit, les solutions sont nombreuses et reposent parfois sur des techniques spécifiques plus onéreuses à l'achat mais moins coûteuses à l'usage que le petit radiateur électrique. Votre choix sera donc fonction de votre budget, des vecteurs énergétiques disponibles, de votre fibre écologique, des conditions d'octroi des primes (Bruxelles), de votre mode de vie... N'hésitez pas à contacter la plate-forme Maison Passive pour étudier plus en profondeur votre projet (www.maisonpassive.be).

Benoît Bilocque - Econologic

Nos partenaires