L'intérêt de la pose des fenêtres dans un précadre

02/09/13 à 10:04 - Mise à jour à 10:04

Source: Je Vais Construire

Partant du constat qu'environ 25 % de la chaleur se perdent encore par de petites fentes et que cela coûte des points sur l'échelle PEB ainsi que de l'argent sur la facture énergétique, les fabricants de châssis se penchent depuis quelques années sur la question des raccords entre les châssis de fenêtres et les murs.

L'intérêt de la pose des fenêtres dans un précadre

© Deceuninck

Partant du constat qu'environ 25 % de la chaleur se perdent encore par de petites fentes et que cela coûte des points sur l'échelle PEB ainsi que de l'argent sur la facture énergétique, les fabricants de châssis se penchent depuis quelques années sur la question des raccords entre les châssis de fenêtres et les murs.

De plus en plus de solutions concrètes voient le jour. Parmi celles-ci, la pose d'un précadre entre le châssis et le mur semble avoir un bel avenir devant elle.

Un double avantage PEB

La pose de ce précadre présente un double avantage en termes d'isolation et d'étanchéité à l'air.

Au niveau de l'isolation, le noeud constructif (le raccord entre le mur et le châssis) est qualifié de conforme à la PEB. Ce noeud ne sera donc pas pénalisant lors de l'établissement d'un certificat. Dans le cas contraire, une pénalité de 3 à 10 points peut s'appliquer sur le niveau d'isolation K. Quand on sait que ce niveau est limité à environ 40 actuellement, avec de petites différences selon les Régions, cela peut représenter jusqu'à 25 % de différence !

Suite à la fabrication du précadre en atelier, l'étanchéité à l'air est assurée avec certitude. Elle ne dépend plus, comme par le passé, de l'habilité de l'homme de métier qui pose le châssis et réalise les joints de raccord sur chantier.

D'un point de vue constructif

Pour être pleinement efficace et rencontrer les avantages cités ci-dessus, le précadre doit être réalisé dans un matériau isolant (λ ≤ 0,2 W/mK). Sa fixation mécanique au châssis assurera un degré supplémentaire d'étanchéité à l'air.

Certains fabricants ont également développé un précadre qui assure la stabilisation du châssis. Finis donc les systèmes de fixation traditionnels qui posaient des problèmes au niveau des points d'ancrage.

Pour tous les projets ?

Actuellement, les précadres conviennent pour des épaisseurs d'isolation de coulisse de maximum 16 cm et sont adaptables aux modes de construction les plus répandus : la maçonnerie et l'ossature bois. Ils ne sont pas destinés aux seules constructions passives. Leur pose constitue un plus tant pour les constructions traditionnelles que basse énergie.

Un précadre isolant combine tous les avantages en termes d'isolation, d'étanchéité à l'air et de mise en oeuvre sur chantier.

Cédric Bourgois

Nos partenaires