Le bois et le comportement au feu

18/09/13 à 14:53 - Mise à jour à 24/10/14 à 14:54

Source: Je Vais Construire

Le bois est un matériau combustible. Faut-il pour autant s'inquiéter du comportement au feu d'une habitation construite en bois ? La réponse est unanime : non!

Le bois et le comportement au feu

© Jumatt

Le bois est un matériau combustible. Faut-il pour autant s'inquiéter du comportement au feu d'une habitation construite en bois ? La réponse est unanime : non!

Tout d'abord, il est important de distinguer deux notions fondamentales en ce qui concerne le comportement au feu des matériaux : la réaction au feu et la résistance au feu. La réaction au feu qualifie les propriétés d'un matériau qui influencent le départ du feu et son développement. La notion de résistance au feu, quant à elle, considère l'aptitude d'un élément de construction à conserver, pendant une durée déterminée, sa fonction portante afin de rendre possible l'évacuation des personnes et le travail des services de secours.

Lorsqu'on parle de réaction au feu, le bois, sans traitement ignifuge, est évidemment considéré comme combustible et se trouve en catégorie D dans la classification européenne allant de A à F. Pour la résistance au feu, le discours est tout autre car le bois est plutôt bon élève. En effet, lors d'un incendie, la carbonisation du bois, relativement lente, forme une couche protectrice qui permet à la section de bois de conserver ses propriétés mécaniques et de maintenir ainsi la stabilité du bâtiment durant un laps de temps appréciable.

En termes de sécurité incendie, aucune réglementation n'est en vigueur pour les maisons unifamiliales. Certaines mesures préventives restent malgré tout intéressantes à envisager, tant au niveau de la conception que de la mise en oeuvre. Les objectifs de ces mesures sont de réduire le risque de départ, d'éviter la propagation du feu et d'assurer la stabilité des sections de bois le plus longtemps possible.

Au niveau de la conception, il convient d'écarter et de protéger les zones à risques tels les compteurs électriques, par exemple. Il peut être opportun de prévoir les locaux techniques en un matériau moins sensible au feu, comme les blocs de béton, ou de protéger les éléments en bois par des matériaux incombustibles tels que des plaques de plâtre, en simple ou double couche, selon le degré de protection souhaité.

Enfin, une mise en oeuvre irréprochable est demandée pour garantir l'efficacité des matériaux protecteurs, en particulier pour les jonctions entre les éléments et les percements dans les parois.

Sylvie Reversez

Nos partenaires