Le châssis de toiture, un point froid ?

01/09/11 à 14:19 - Mise à jour à 14:19

Source: Je Vais Construire

Les toitures induisent un pourcentage important de déperditions pour nos habitations.

Le châssis de toiture, un point froid ?

© Velux

Il y a au moins un point sur lequel les experts sont unanimes : la chaleur monte. Ainsi, les toitures induisent un pourcentage important de déperditions pour nos habitations. Leur isolation et étanchéité à l'air sont nécessaires pour obtenir un niveau de performance énergétique correct. Dans la pratique, ce principe est assez facile à mettre en oeuvre : l'augmentation de l'épaisseur de l'isolation d'une toiture n'est techniquement pas compliquée.

En se basant sur une épaisseur d'isolant de 18 cm, le coefficient de transmission thermique (U) d'une toiture est d'environ 0,2 W/m²K, ce qui est relativement performant (exigence PEB pour la toiture : U < 0,3 W/m²K).

Autre point sur lequel les experts sont d'accord : les problèmes de condensation se manifestent aux endroits les plus froids d'une paroi. C'est généralement le cas des fenêtres de toiture dont le coefficient de transmission thermique (U) moyen avoisine 1.4 W/m²K (fenêtre avec double vitrage), soit 7 fois moins performant que la toiture bien isolée qui l'entoure. Le risque de condensation y est donc bien réel si l'air de la pièce n'est pas assez renouvelé.

Cette condensation est d'autant plus fréquente lorsque la pièce couverte est :

- une salle de bains (production de vapeur d'eau très importante au moment des douches et bains)

- une chambre où la production de vapeur d'eau est importante durant le sommeil.

Ce phénomène est accentué dans le cas d'une rénovation, lorsqu'une toiture peu étanche à l'air est ré-isolée, et de ce fait ré-étanchéifiée. Par temps froid, de la condensation sera rapidement constatée au niveau de la jonction entre vitrage et châssis (= intercalaire du vitrage) ou des jonctions périphériques entre châssis et toiture. Cette condensation peut provoquer des traînées humides le long des versants intérieurs de toiture et des dégradations du châssis ou des finitions.

Pour éviter ces problèmes, diverses solutions existent :

1. Opter pour une fenêtre de toiture présentant de bonnes performances non seulement au niveau du vitrage mais aussi au niveau du cadre dormant (cadre qu'on fixe sur la structure de la toiture). Certains fabricants proposent également des cadres d'habillage isolants pour la fenêtre afin de limiter le phénomène de points froids.

2. S'assurer que l'isolation de la toiture est parfaitement jointive aux raccords avec le châssis. Aucun interstice non isolé ne doit subsister.

3. Contrôler que l'étanchéité à l'air (le pare-vapeur) est parfaitement réalisée au droit du châssis de fenêtre de toiture. Pour être efficace, le pare-vapeur (ou freine vapeur) sera fixé à l'aide de mastic et de tapes spécialement conçus à cet effet, sur le châssis même.

En suivant ces conseils, vous limiterez au maximum le risque de condensation. Pour le supprimer complètement, il faudra assurer un renouvellement d'air suffisant dans la pièce. Ainsi, même en se refroidissant, la vapeur d'eau contenue dans l'air ne sera pas présente en quantité suffisante dans l'air ambiant pour provoquer un phénomène de condensation.

Cédric Bourgois

En savoir plus sur:

Nos partenaires