Dix questions sur les fenêtres

mercredi 09 décembre 2009 à 03h52

© Bart Van Leuven- Deceuninck

Dix questions et autant de réponses sur les fenêtres.

1. Quel budget prévoir ?


À l’instar du produit, son prix est lui aussi sur mesure. En effet, tout dépend de la taille des fenêtres, des profilés, du vitrage et des accessoires éventuels que vous choisissez. Pour vous forger une idée du budget nécessaire, il vous est loisible d'utiliser des prix indicatifs.

2 . Est-il possible d'imiter les fenêtres d'origine de ma façade ?


Oui. Certains fabricants peuvent vous fournir de la « menuiserie d'époque ». Ils imitent les fenêtres d’origine, de sorte que l’aspect extérieur de votre façade demeure identique. Parallèlement, vous disposez d’une fenêtre qui répond aux normes actuelles en terme d'isolation.

Cette possibilité est intéressante pour les propriétaires qui rénovent un bâtiment classé et sont dans l'obligation de respecter des prescriptions bien précises, tout en souhaitant bénéficier du confort d'une habitation contemporaine.

3. Puis-je conserver le vitrail de mon habitation ?


Oui. Il existe des techniques permettant d'incorporer du vitrail dans un double vitrage. Ainsi, vous pourrez conserver cette caractéristique de votre habitation tout en remplaçant vos fenêtres. Cette possibilité existe tant pour les vitraux existants que pour les nouvelles créations.

4. Quel est le meilleur rapport qualité-prix ?


Sur la base du seul rapport qualité-prix, le maître-achat est la fenêtre en PVC blanc traditionnelle. Elle propose une bonne isolation et nécessite peu d’entretien. Elle est moins coûteuse, car elle ne demande aucun traitement supplémentaire. Toutefois, les châssis blancs n’ont plus la cote. En construction et en rénovation, les propriétaires aiment en effet personnaliser les menuiseries extérieures.

5. Comment évaluer la sécurité d’une fenêtre contre les effractions ?


Pour dissuader un intrus, il faut que l’ensemble de la fenêtre soit résistant. Il faut opter pour un profilé fiable, associé à de la quincaillerie sûre et à un vitrage anti-effraction. Libre à vous de choisir jusqu'où vous souhaitez pousser la chose.

Pour les banques, il existe même des profilés et vitrages à l’épreuve des balles, mais vous n’irez probablement pas jusque là pour votre habitation privée. Optez pour une solution que vous estimez sûre.

Parfois, on entend dire que le PVC est moins résistant aux effractions que le bois ou l’aluminium. Ce n’est pas tout à fait faux, car les profilés PVC non renforcés sont moins stables et moins résistants. Toutefois, si elle est renforcée à l'aide d'éléments métalliques, une fenêtre en PVC gagne en résistance et décourage les tentatives d’effraction.

Renseignez-vous auprès de votre installateur pour connaitre la norme affichée par vos fenêtres. En effet, il existe des tests et normes en la matière. Ces normes européennes classent les éléments de menuiserie selon six catégories, allant de WK1 à WK6. Plus élevée est la catégorie, plus la menuiserie offre une résistance aux effractions.

En fait, on parlera toujours de 'retarder' l’intrus, car plus il éprouve de difficultés, plus il y a de chances qu’il abandonne son projet d’effraction. Il est impossible de sécuriser votre habitation à 100% face aux tentatives d’effraction.

6. Quelle est la longévité de mes fenêtres ?


Les fenêtres contemporaines durent une, voire deux générations. C’est le cas des fenêtres en PVC et en aluminium. Pour le bois, il en va autrement, car tout dépend de l’essence de bois choisie et de son entretien.

Des fenêtres en bois correctement entretenues disposent d’une excellente longévité. Par ailleurs, la situation varie selon le modèle et les caractéristiques en matière d’énergie. Bien souvent, en effet, les fenêtres sont remplacées parce qu’elles sont passées de mode ou dans le but de réaliser des économies d’énergie (et donc d’argent).

Cela dépendra aussi du positionnement du châssis par rapport aux vents dominants, à l'ensoleillement, la pluie...

7. Puis-je faire placer du double vitrage sur mes châssis existants ?


Oui. Certaines entreprises proposent effectivement ce service. Toutefois, les propriétaires préfèrent généralement remplacer la fenêtre dans sa totalité. Cela tient également des mesures et autres aides accordées par les autorités. Ces mesures sont basées sur le pouvoir isolant de la fenêtre complète, et non du seul vitrage.

8. Combien de chambres un profilé doit-il comporter ?


Le nombre de chambres d'un profilé n'a d'importance que pour les châssis en aluminium et en PVC. En effet, les fenêtres en bois sont faites de profilés en bois plein, sans chambre interne. Pour sa part, le PVC tire son pouvoir isolant du matériau lui-même mais aussi du nombre de chambres que comporte le profilé.

Concernant l’aluminium, ces chambres ont une grande importance, car le profilé se doit de comporter une coupure thermique. Concrètement, un joint de caoutchouc empêche l’air froid et l’air chaud de pénétrer au-delà du vitrage, car l'aluminium est conducteur de chaleur et inversement.

Le système à trois chambres est le plus mis en œuvre sur le marché, mais il existe également des systèmes comportant davantage de chambres de ce type. Ces derniers affichent un pouvoir isolant supérieur, mais la différence demeure toutefois minime.

9. Sur quel taux de TVA dois-je tabler ?


Le régime de TVA applicable est lié à l’âge de l’habitation qui accueille les nouveaux châssis. Pour une habitation de plus de cinq ans, le taux de TVA est réduit à 6% si vous faites placer les châssis par un professionnel. Pour les habitations plus récentes, il est de 21%.

10. Comment savoir si des châssis possédant un bon pouvoir isolant sont importants dans mon cas ?


L'énergie coûte cher. De plus, l'architecture moderne fait appel à des surfaces vitrées de grande dimension. Selon des statistiques provenant du Centre scientifique et technique de la construction (CSTC), dans une construction à quatre façades dont 10 à 15% des surfaces extérieures sont composées de vitrage, les menuiseries extérieures peuvent être responsables de la moitié de la déperdition calorifique.

Le pouvoir isolant de la fenêtre est exprimé par la valeur U ou K de la construction. Ce coefficient représente la quantité de chaleur perdue par seconde, par mètre carré et par degré de température de différence entre les deux côtés du vitrage.

À cet égard, le CSTC a conçu un tableau technique comparatif pour les châssis en bois, PVC, aluminium et polyuréthane équipés de divers vitrages.

Les infos de Je Vais Construire aussi via Facebook

Plus sur:

   

Réagir

Recevez hebdomadairement les dernières nouvelles du secteur de la construction/rénovation dans votre mailbox!

Inscrivez-vous à Je Vais Construire & Rénover newsletter hebdomadaire

E-mail: