Un loft dans les hauteurs

17/01/13 à 11:31 - Mise à jour à 11:31

Quand les propriétaires, un couple de quadragénaires dynamiques, se sont installés dans cette demeure, elle se composait d'une maison d'habitation du début du siècle dernier et d'une annexe de plain-pied datant des années 1980. En recourant à quelques interventions surprenantes, l'architecte Nicolas Blondeel en a fait un ensemble des plus cohérents.

Austère

Les commanditaires voulaient rénover le tout pour en faire une demeure moderne aux lignes épurées, en noir et blanc, dépourvue de fioritures mais ponctuée çà et là d'un accent de couleur. Ils ont insisté auprès de l'architecte pour qu'il y ait un lien entre la maison d'origine et l'annexe, et ont précisé qu'ils privilégiaient les matériaux purs, à l'état brut. Enfin, ils rêvaient d'un escalier aux marches flottantes.

Le chaos

En raison de l'agencement inhabituel, l'exploitation des espaces était des plus chaotiques. Les activités quotidiennes se déroulaient dans l'annexe mais, pour dormir ou se laver, les occupants devaient traverser l'espace professionnel et emprunter l'escalier vers les étages de l'ancienne maison. Même les toilettes se trouvaient dans ce bâtiment principal !

À l'origine, les nouveaux propriétaires pensaient tout simplement rafraîchir les combles afin d'y installer leur chambre à coucher. Ils voulaient surtout se concentrer sur l'entrée et le séjour. Mais l'architecte Nicolas Blondeel avait déjà relevé que le grenier et la toiture se trouvaient en piteux état. "Tout remettre en état aurait coûté une fortune."

Convertibles

Il s'est avéré qu'il valait mieux remplacer ces volumes au lieu de les rénover. L'architecte a donc élaboré un tout nouveau concept, pour le plus grand bonheur des propriétaires. Il a dessiné une maison aux pièces interchangeables. Le service de l'urbanisme a accepté qu'il ajoute un étage à l'annexe pour en faire un duplex, et qu'il remplace le pan arrière de la toiture par une immense "lucarne". Les nouveaux volumes ont été réalisés en ossature bois. Tant la lucarne que l'étage en duplex ont été dotés d'une baie vitrée panoramique.

Au premier étage de la maison se développent aujourd'hui la salle de bains, un dressing et un bureau ouvert. La chambre à coucher occupe le nouveau volume en duplex, tandis que les combles accueillent le salon, offrant une vue imprenable sur le Pajottenland. Il est parfaitement possible de transformer le salon en chambre à coucher et vice-versa. Le bureau peut lui aussi être doté d'une toute nouvelle affectation, sans nécessiter de grandes interventions.

Un ensemble bien délimité Les dalles de béton gris qui s'étendent du sol jusqu'à la rive de toiture de l'ancienne annexe présentent un bel ensemble, parfaitement délimité. Les carreaux posés au sol, au niveau de l'entrée, créent une sorte de placette qui signifie que cet espace appartient à la demeure. Sans eux, on pourrait croire que cet espace relève plus du domaine public que du domaine privé et on aurait envie de le délimiter, avec une haie ou une rangée d'oyats, par exemple.

Après avoir décidé d'habiller le sol et les façades de béton, les propriétaires se sont demandé si la demeure n'aurait pas un aspect trop grisâtre. Dès lors, l'architecte a proposé de parachever les nouveaux volumes en ossature bois avec de l'acier Corten. La tonalité brun-roux de ce matériau offre un joli contraste avec le gris du béton.

Agnes Mus Consultez notre magazine Je Vais Construire n°357 pour plus d'infos

Nos partenaires