Domotique, what's in a name ?

26/11/09 à 02:33 - Mise à jour à 02:33

Source: Je Vais Construire

Il est de plus en plus difficile, dans les habitations contemporaines, de se passer de l'automatisation. La domotique suscite cependant encore bon nombre de questions. Nous les avons répertoriées et tentons d'y répondre pour vous.

Domotique, what's in a name ?

Il est de plus en plus difficile, dans les habitations contemporaines, de se passer de l'automatisation. La domotique suscite cependant encore bon nombre de questions. Nous les avons répertoriées et tentons d'y répondre pour vous.

Le terme "domotique" évoque chez la plupart d'entre nous une image double. D'une part, on l'associe à la maison "futuriste", totalement automatisée et truffée de petits gadgets technologiques.

Tout y est commandé par ordinateur : depuis la porte de garage qui s'ouvre automatiquement jusqu'à la baignoire que l'on peut remplir à distance, de telle sorte qu'un bon bain vous attend lorsque vous rentrez, épuisé(e), à la maison. D'autre part, la domotique est souvent associée à des dispositifs techniques fort compliqués et, aussi et surtout, à un énorme budget.

Cette image ne correspond cependant pas tout à fait à la réalité. La domotique est visiblement sortie de ses maladies d'enfance et se veut désormais à la portée de tous ; elle fait partie intégrante de la maison contemporaine. Donc, qu'est-ce que la domotique aujourd'hui ? Et que peut-elle apporter à votre petit nid ?

1. C'est quoi la domotique ?

Selon Le Grand Robert, la domotique est "un ensemble de techniques permettant une gestion automatisée de l'habitation". Cependant, les fabricants ne la définissent pas tout à fait dans les mêmes termes et parlent plutôt d'un "système intégré qui gère tous les appareils électriques de l'habitation dans le but d'améliorer le confort, la communication, la sécurité, l'utilisation rationnelle de l'énergie et la flexibilité".

Dans les deux cas, il s'agit d'un système complet dans lequel on peut regrouper toutes les formes possibles d'automatisation : l'éclairage, le chauffage, la vidéophonie, la sécurité anti-effraction et incendie, les pare-soleil et les volets ; tous reliés entre eux par un seul système. Il suffit de pousser sur une seule touche pour enclencher par exemple un éclairage d'ambiance, allumer la télévision et en même temps fermer les volets afin d'éviter les reflets sur l'écran.

En outre, tous les appareils électriques qui sont dotés d'une commande peuvent être couplés au système. Des interactions sont donc possibles. Si par exemple on ouvre une fenêtre dans une chambre, le système peut être programmé afin que le chauffage soit coupé dans cette chambre. Ou si plus personne n'est présent dans la pièce (détecteurs de présence), la lumière peut être atténuée ou les haut-parleurs peuvent être coupés.

En allant vous coucher, il suffira de pousser sur un seul et même bouton pour éteindre tout l'éclairage au rez-de-chaussée, diminuer le chauffage et activer le système anti-effraction.

En d'autres termes, le système peut être programmé pour exécuter une série de manipulations automatiques que vous devriez normalement exécuter vous-même manuellement, avec le risque de parfois en oublier.

2. Comment ça marche ?

Un système de domotique implique, d'une part, le captage de toutes les informations des divers appareils électriques et, d'autre part, le transfert de ces données vers un système qui va, à son tour, exécuter les tâches programmées. Le noyau de cet ensemble est un système central qui reçoit toutes les informations (input) par le biais d'un câblage basse tension.

Ce circuit comporte des touches de commande mais aussi tous les autres appareils qui fournissent des données au système. Ce système central analyse les données et veille ensuite à ce que les appareils qui doivent fonctionner à un moment donné soient alimentés en électricité. En d'autres termes, il faut un double système de câblage : un circuit basse tension pour l'acheminement des informations et un circuit 220 Volt pour le fonctionnement des appareils.

Un exemple pratique : si vous poussez sur le bouton "éclairage living", ce signal sera envoyéà l'unité centrale par le circuit basse tension. L'unité centrale contrôle le niveau d'éclairage, exécute la commande et envoie un signal à l'unitéélectronique, qui veille à ce que le courant électrique soit acheminé jusqu'à la lampe par le câblage de 220 V, et qui allumera celle-ci.

3. Faut-il installer d'emblée un système complet ?

Non, c'est justement un des gros avantages des systèmes de domotique : on peut assez facilement les adapter aux exigences fluctuantes et au cadre de vie. Ils peuvent commander tous les appareils électriques dans la maison, mais il n'est pas nécessaire d'installer d'emblée le système complet.

Vous pouvez par exemple commencer par une commande automatique du chauffage et de l'éclairage, et compléter le système au fur et à mesure. En fait, la partie basse tension est très facile à compléter, mais c'est un peu moins évident pour le circuit 220 V. On se trouve en effet confronté aux mêmes problèmes que si l'on voulait renforcer une installation électrique classique : il faut tirer des câbles depuis le tableau électrique jusqu'à la nouvelle lampe ou au nouvel appareil.

Il faut donc bien réfléchir avant de se lancer. Si vous pensez passer au fonctionnement électrique automatique des pare-soleil, volets, portes de garage, éclairage extérieur à un stade ultérieur, il vaut mieux prévoir dès le départ l'installation de gaines d'attente depuis le tableau électrique.

Il s'agit de tubes en matériau synthétique que l'on peut encastrer dans le mur ou le sol. Ils peuvent rester longtemps sans être utilisés, jusqu'au moment de l'extension prévue : il suffira alors d'y introduire les fils électriques nécessaires. Au moment de l'installation, ces gaines d'attente représentent un tout petit supplément, mais elles vous permettront d'économiser par la suite des frais inutiles (ouvrages de démolition et creusement des saignées) et surtout beaucoup de soucis et de saleté.

4. Mais si je possède une habitation depuis longtemps déjà, puis-je encore y installer un système de domotique ?

Absolument. Mais s'il n'existe aucune gaine d'attente dans les murs, cela demandera plus de travail. Il faut pratiquer des saignées dans les murs pour y placer les canalisations et cela signifie, bien entendu, qu'il faudra replafonner et parachever (peindre ou tapisser). Si votre maison a des plafonds hauts, vous pourrez envisager de poser un faux plafond ; il est aussi possible d'exploiter tout espace éventuel sous les planchers.

5. Puis-je installer moi-même un système de domotique ?

Tout dépend de ce que vous voulez. Si c'est un système tout simple, vous n'aurez aucune difficulté à l'installer. Surtout si vous avez des notions d'électricité. Plusieurs négociants en matériaux de bricolage (notamment Selfmatic, Brainbox...) proposent non seulement des packs préprogrammés mais organisent aussi des formations et vous offrent leur aide pour l'installation.

Si vous préférez un système sophistiqué, des connaissances spécialisées seront requises et il est fortement conseillé de faire appel à une entreprise sérieuse pour vous aider. Les leaders sur le marché en matière de domotique sont Niko et BTicino. Ils disposent de l'expérience nécessaire pour répondre à tous vos souhaits et vous proposer un projet sur mesure. Pour des informations plus générales, adressez-vous au Belgian Centre for Domotics and Immotics (BCDI).

Il existe par ailleurs un "Label de qualité Domotique". Ce label existe depuis plusieurs années déjà en Flandre, et vous retrouverez la liste des installateurs qui l'ont obtenu en consultant le site du VEI (Vlaams Elektro Innovatiecentrum) ou en téléphonant au secrétariat du Kwaliteitslabel Domotica : 014 57 96 10. Pour la partie francophone du pays, c'est le centre de formation Technifutur qui en gère le fonctionnement.

Remarque : en Flandre, la domotique est considérée comme une économie d'énergie (sous certaines conditions bien entendu) et vous pouvez dès lors demander une prime (toutefois assez restreinte) à l'énergie. Vous en saurez plus en consultant le site www.energiesparen.be ou le site du VEI.

6. Pour commander les volets et la porte de garage, ai-je vraiment besoin d'un système central aussi complet ?

Vous n'êtes pas le seul àêtre effrayé par la complexité de ce système électronique. Les fabricants ont donc planché sur la simplification des systèmes d'automatisation. IO-Homecontrol est le système développé en 2005 par Honeywell (chauffage), Somfy (moteurs de volets, pare-soleil, portes de garage) et Velux (fenêtres de toit). Depuis, Hörmann (portes de garage) et Assa Abloy (serrures et portes blindées) ont rejoint l'équipe.

Le système IO-Homecontrol se compose d'une commande à distance qui fonctionne de manière bidirectionnelle. C'est-à-dire que le système envoie non seulement des signaux de commande mais peut aussi en recevoir. Si par exemple vous ouvrez une fenêtre de toit depuis le living, vous pouvez voir sur le petit écran intégré si la fenêtre est effectivement ouverte et s'il n'y a pas de problèmes.

La commande fonctionne sur une fréquence radio et dispose d'une portée relativement importante et suffisante pour une grande maison. Les appareils de ces différents fabricants fonctionnent tous selon le même protocole : ils parlent le même langage et se comprennent, de telle sorte qu'une interaction entre les différents appareils est possible. En d'autres termes, vous pouvez ouvrir les fenêtres et la porte de garage avec la même commande.

7. Ai-je besoin dans ce cas des raccordements électriques traditionnels ou non ?

Dans le cas du système IO-Homecontrol, il faut en effet tirer des fils depuis les fenêtres de toit ou la porte de garage, par exemple. Le grand avantage, c'est qu'une fois la fenêtre de toit placée et raccordée à une prise (ou directement sur 220 V), la commande à distance intelligente la reconnaît.

Cette commande peut alors être programmée à l'aide d'un système de menus (comparable à celui d'un GSM). S'il y a plusieurs fenêtres de toit, vous pouvez ainsi leur donner un nom à chacune pour les programmer. Ce système est archi-facile à programmer, même pour quelqu'un qui ne s'y connaît absolument pas en technique.

8. Le système IO-Homecontrol est-il aussi flexible qu'un système central de domotique ?

Oui et non. Par exemple, vous n'êtes pas obligé d'automatiser tous les Velux au même moment. Chaque nouvelle fenêtre est immédiatement reconnue par la commande à distance et peut être programmée individuellement ou en groupe.

Vous pouvez aussi ajouter des éléments, étape par étape, même en provenance des autres marques (Honeywell, Somfy, Hörmann, Assa Abloy). Le principe est toujours le même : simplicité de programmation et d'utilisation. La flexibilité est donc l'atout majeur de ce système et vous pouvez étaler vos investissements dans le temps.

Par ailleurs, IO-Homecontrol a également ses limites : jusqu'à présent, il n'y a que cinq fabricants qui utilisent ce système. Par conséquent, il n'est pas possible d'y raccorder n'importe quelle porte de garage automatisée. Mais nous devons préciser que l'intérêt manifesté par les fabricants va grandissant et d'autres marques ne tarderont pas à adopter ce système.

9. Combien cela coûte-t-il ?

La domotique est un système qui permet d'automatiser presque entièrement une habitation. Rien n'est impossible, jusqu'au contrôle à distance des différentes fonctions de la maison par téléphone ou Internet.

Mais un système aussi complet (que vous pouvez naturellement installer par étapes) demande aussi un sérieux investissement. Pour un système de domotique géré par une centrale, il faut compter plus de 2 000 euros. Une automatisation simplifiée commence à partir de quelques centaines d'euros.

Le système IO-Homecontrol est plus limité mais aussi plus accessible, tant au plan financier qu'au plan de la programmation.

Jef Sels

En savoir plus sur:

Nos partenaires