Les revêtements de sol en bois : que de choix !

20/03/08 à 23:04 - Mise à jour à 23:04

Source: Je Vais Construire

Le bois est un matériau chaleureux aux aspects les plus variés. Il n'y a pas deux planchers identiques, et en vieillissant, ils gagnent en caractère.

Autrefois on optait pour des revêtements de sols en bois parce que le bois était le matériau le plus disponible. Parfois pour d'autres raisons encore, mais elles étaient toujours d'ordre pratique ou économique. A l'heure actuelle, c'est l'esthétique qui prime. Le bois est un matériau chaleureux aux aspects les plus variés. Il n'y a pas deux planchers identiques, et en vieillissant, ils gagnent en caractère. En outre, il existe énormément d'essences de bois différentes. Rien qu'en Belgique, on compte déjà quelque 150 essences disponibles.

Le plancher

Autrefois, un plancher servait avant tout de support pour le revêtement. Aussi, s'il y avait un interstice ou une planche moins belle, cela n'avait pas beaucoup d'importance. Même dans les bâtiments industriels, le plancher en bois avait la cote. En cas de besoin, on pouvait facilement le démonter entièrement ou en partie pour laisser place à une trappe de dimension plus grande ou petite. Raison pour laquelle la plupart du temps, les lofts abritent des planchers d'origine marqués par l'histoire de la bâtisse.
Les planchers contemporains se composent pour la plupart de bois de pin, mais aussi de chêne français et de bois exotiques. Pour faciliter la pose, les lames individuelles sont pourvues de rainures et de languettes.

Endommagé ou vieilli

L'Amérique compte bon nombre de vieilles maisons en bois. Il arrive que certaines rénovations révèlent la présence d'un ancien plancher sous une moquette plus récente ou un autre revêtement de sol moderne. Comme ce revêtement est souvent enlevé de manière un peu brutale, le plancher en bois est soumis à rude épreuve et est parfois endommagé. D'où le terme plancher "endommagé".
En Europe, cette tendance n'a pas vraiment pris. Par contre, il existe une variante qui consiste à endommager artificiellement des planchers neufs pour leur donner un aspect vieilli.

Le parquet

Dans les pièces de vie intense, la résistance à l'usure est essentielle. Celle-ci dépend non seulement de l'essence de bois utilisée mais encore, du type de finition. Dans le cas d'un parquet à plusieurs couches, c'est la couche de bois la plus dure et la plus décorative - et aussi la plus chère - qui est placée en surface.
Les parquets s'exécutent généralement en lames droites ou à bâtons rompus. Les motifs plus complexes sont plus onéreux, car leur pose demande un travail plus intense. Dans le cas du parquet à l'anglaise, les joints transversaux entre les lattes se trouvent précisément en face du milieu de la ligne suivante. Comme cet assemblage ressemble à celui d'un mur de briques, on parle de 'coupe de pierre'. Une autre possibilité est l'assemblage 'sauvage'. Ici, chaque ligne suivante démarre avec le morceau de lame qui reste de la ligne précédente. Ainsi, rien n'est perdu.
La plupart des lames de parquet sont dotées de languettes et de rainures mais il existe aussi les systèmes d'emboîtage par simple 'clic', sur le marché. Ceux-ci sont posés de manière 'flottante'. Les planches sont ancrées les unes aux autres mais ne sont pas fixées au sous-plancher sauf s'il s'agit d'une pose 'clouée'. Les revêtements de sols flottants présentent l'avantage d'être facilement démontables.
En cas de pose collée, les deux variantes sont possibles. On peut avoir un revêtement collé en pose flottante, mais l'encollage se fait dans les rainures. Les bricoleurs optent pour la plupart pour le système clic, car l'encollage est superflu.
Le parquet peut être posé tant sur une chape en béton que sur un sous-plancher en bois. Une couche intermédiaire dans un matériau acoustique n'est pas un luxe superflu.

Les différents types de parquet

Le parquet massif se compose de planches de bois de la même essence. Ensuite, on a les parquets multicouche (appelés également "modulaire" ou "engineered" par les spécialistes). Celui-ci se compose de deux à quatre couches. Le bois le plus noble (et généralement le plus onéreux) occupe le dessus.
Le choix pour un parquet multicouche n'est pas seulement déterminé par le prix du bois. La combinaison de deux ou trois essences de bois peut rendre le revêtement plus stable, étant donné que chaque essence de bois 'vit' d'une autre façon. Les différentes lames peuvent neutraliser les divers effets de rétrécissement ou d'élargissement les unes des autres. Cela vaut aussi pour un parquet multicouche réalisé dans une seule essence de bois, où une couche est posée en respectant parfaitement le sens des nervures de la couche précédente.

Le parquet contrecollé

L'épaisseur des couches varie selon le fabricant. La couche supérieure doit néanmoins atteindre 2,5 mm d'épaisseur, sans quoi il ne s'agit pas d'un parquet à proprement parler, mais bien d'un parquet contrecollé. L'épaisseur est déterminée de telle sorte qu'un parquet peut être décapé au moins quatre fois au cours de sa durée de vie. Le parquet contrecollé, au contraire, ne peut pas être décapé. Pour ralentir l'usure, le parquet contrecollé est traité plus en profondeur qu'un parquet classique, avec toutes sortes de vernis et autres produits pour en améliorer la durabilité. Ceci se fait déjà en usine.
Tant pour le parquet multicouche que pour le parquet contrecollé, les couches inférieures se composent non seulement de bois mais encore de produits agglomérés dont notamment le HDF ou le MDF, étanches à l'eau. Il existe aussi des parquets contrecollés avec un dossier en liège qui confère des propriétés acoustiques au revêtement.
Quasi toutes les essences de bois sont utilisées pour les parquets contrecollés. Comme il n'en faut qu'une fine couche, le choix de l'essence pèse beaucoup moins dans la balance du prix que s'il s'agissait d'un parquet en bois massif. Certaines essences tendres comme le merisier, qui ne sont pas assez solides pour un parquet massif, conviennent néanmoins pour les parquets contrecollés.

Scier ou découper

En fonction du mode de sciage des planches, proche ou loin du coeur, le dessin sur les planches du parquet sera différent. Pour les planches du milieu, toutes les couches annuelles (ou anneaux, cernes) affichent plus ou moins la même largeur, mais sur une planche prélevée sur les bords, les couches annuelles plus anciennes manquent et les couches annuelles plus récentes sont plus larges. Pour un parquet contrecollé, cet élément n'entre pas en ligne de compte, car ce bois n'est pas scié, mais bien découpé. Ainsi, on a très peu de pertes. En outre, les fabricants de contrecollé ont le premier choix lorsque du bois est mis en vente, étant donné qu'ils sont disposés à payer un prix plus élevé pour le matériau de placage.
Les techniques usuelles consistent à débiter sur dosse et à scier sur quartier. "Dans le premier cas, l'arbre est débité en deux et les demi-troncs sont découpés. Pour la technique dite sur quartier, l'arbre est débité en quatre parties égales et le bois est alors coupé perpendiculairement par rapport aux annuelles. La méthode dite "sur dosse" coûte plus cher car le motif est plus joli", explique Karl Yserbyt (Par-Ky).
Les parquets en bois massif peuvent être vieillis artificiellement par un traitement réalisé à l'aide de petits rasoirs et de boules métalliques, de telle sorte qu'on obtient des abrasions et de petites fosses. Un parquet vieilli artificiellement est plus onéreux qu'un parquet flambant neuf, mais si au bout de quelques années, le parquet est décapé, l'effet de vieillissement disparaîtra complètement. Récemment, les fabricants de parquet contrecollé ont également mis au point des revêtements vieillis artificiellement.

Les tendances

Ces dernières années, le choix des consommateurs s'est porté de plus en plus sur les tonalités sombres, notamment le brun chaud ou les teintes rougeoyantes. "L'Allemagne - surtout le hêtre et l'érable - et la Finlande - en raison des longues périodes hivernales - continuent à ne jurer que par les tonalités plus claires", précise Anneke Blanckaert (Quick-Step). Pour donner une teinte plus sombre à un bois clair, il suffit de le fumer. En principe, chaque essence de bois peut être fumée, mais dans la pratique, on ne le fera qu'avec des essences que cette méthode embellit. Une autre technique consiste à les brosser, mais ce traitement est réservé au bois poreux. Il accentue les nervures.
"L'an dernier, il y avait une forte demande pour les essences de bois tropicales", précise Karl Iserbyt. "Cette tendance est toujours d'actualité même si entre-temps, la demande pour les revêtements vieillis artificiellement connaît une nette augmentation. On travaille aussi énormément sur les méthodes de collage pour lesquelles on utilise peu ou pas de formaldéhyde."
Les goûts et les couleurs varient sensiblement d'un pays à l'autre. Aux Pays-Bas par exemple, les différences de tonalités dans le motif du bois ne sont pas tolérées. Quant aux Espagnols, ils considèrent les noeuds du bois comme de gros défauts.

Le bambou

Un parquet ne se compose pas nécessairement de bois en provenance d'arbres. Il peut aussi être fabriqué à base de tiges de bambou. Ce matériau à croissance rapide provient des plantations et est généralement moins cher que le bois utilisé classiquement pour les parquets. Un tronc de bambou est prêt à être coupé au bout de cinq ans. Ce qui est nettement plus rapide que toutes les essences de bois classiques.

Le stratifié

Les revêtements de sols stratifiés se composent d'une sous-couche en MDF ou en HDF ou un autre produit à base de fibres de bois, une couche de surface décorative et par-dessus, une couche anti-usure transparente. Par-dessous, une couche de protection permet d'isoler le stratifié de l'humidité ascendante et d'éviter toute déformation. La couche décorative n'est pas en bois, c'est un matériau moins cher composé de résine de mélamine imprégnée d'un matériau ressemblant à du papier, avec un motif bois obtenu grâce à des techniques graphiques. Il existe aussi des laminés imitant la pierre (naturelle). Les revêtements de sols en laminé sont plus faciles à entretenir que le parquet. Les meilleurs revêtements en laminé (classe d'usure 31 ou 32) durent plus de vingt ans, même dans les pièces à passages fréquents.
Pendant des années, leurs propriétés acoustiques moins efficaces constituaient le point faible de certains revêtements laminés. Mais récemment, les principaux fabricants ont fourni de gros efforts pour mettre au point une norme européenne de qualité et ainsi améliorer l'aspect acoustique de leurs laminés.
Ce sont surtout de grandes entreprises qui produisent les revêtements laminés. Elles suivent aussi la tendance des tonalités sombres. L'amélioration de la qualité et les gammes de plus en plus variées ont permis aux laminés d'occuper une plus grosse part de marché, aux dépens surtout des revêtements de sols souples. Le laminé revêt de plus en plus les allures d'un produit tendance.

Raboté à la main

Les laminés peuvent aussi prendre l'aspect d'un revêtement de sol ancien, avec des traces d'usure. Bien plus que pour les parquets, les revêtements laminés, façon "rabotés à la main" ont la cote. Dans un lointain passé, les planchers étaient parfois posés et seulement traités par après, avec un rabot. Ces planchers n'étaient donc jamais lisses. Quick-Step a fait breveter cette année un laminé "raboté à la main", sur lequel on sent le relief.

texte: Koen Mortelmans

SupplémentLe chauffage par le sol

En prenant quelques précautions, le parquet ainsi que les revêtements de sols laminés peuvent parfaitement se combiner avec un chauffage par le sol. Il est nécessaire de faire tourner le chauffage pendant quelque temps avant de poser le parquet. La combinaison avec un chauffage par le sol est néanmoins déconseillée pour les parquets plus épais.

Les plinthes

Pour parachever élégamment la transition entre les sols et les murs, il existe différents types de plinthes, de couvre-joints et de baguettes sur le marché. Disponibles dans différentes essences de bois, en fibre de bois, MDF ou plastique, les couvre-joints sont surtout utilisés pour les rénovations, et sont posés par-dessus les plinthes existantes.

L'entretien

• Le parquet: entretien en fonction de la finition. Certains revêtements de sols huilés peuvent être nettoyés à l'eau, les revêtements cirés, à l'aide d'une serpillière humide et une petite savonnée, les revêtements vitrifiés, à sec (avec un chiffon à poussières ou un aspirateur).
• Le parquet contrecollé: une serviette sèche en microfibres élimine poussières et salissures. On peut aussi passer l'aspirateur. De temps à autre, passer une serpillière légèrement humide.
• Les stratifiés: résistent bien aux griffes et à la plupart des produits d'entretien. Aspirer et nettoyer de temps en temps avec une serpillière légèrement humide, bien essorée

Nos partenaires