À la recherche d'un prêt vert

23/02/11 à 12:44 - Mise à jour à 12:44

Source: Je Vais Construire

Ceux qui envisagent des mesures pour réduire leur consommation d'énergie peuvent prétendre à une formule de prêt plus avantageuse.

Il n'est pas rare de contracter un crédit pour financer la transformation d'une maison. Dans ce cadre, ceux qui envisagent des mesures pour réduire leur consommation d'énergie peuvent prétendre à une formule plus avantageuse : le fameux "prêt vert".

La transformation d'une maison est une aventure qui peut rapidement coûter cher. Une rénovation très poussée peut pourtant, à terme, vous faire gagner pas mal d'argent. Le remplacement de vos anciens vitrages par des vitrages à haut rendement ou le remplacement de votre ancienne chaudière par un modèle plus performant peut sensiblement alléger votre facture d'énergie.

En outre, ces efforts sont soutenus par de nombreuses aides financières. Et le Belge moyen l'a bien compris : le nombre de primes à l'énergie versées l'an dernier n'a jamais été aussi élevé. Les efforts portaient surtout sur la pose de vitrage à haute rendement, le remplacement d'une chaudière par une chaudière gaz à condensation et l'isolation de la toiture et des murs.

1. Quand l'emprunt devient avantageux...

Si, de surcroît, vous contractez un prêt pour financer des travaux de rénovation économiseurs d'énergie, vous profitez en principe d'un double avantage fiscal. Tout d'abord, vous pouvez déduire fiscalement les intérêts et ainsi neutraliser une partie de votre revenu cadastral. Ce faisant, vous payez moins d'impôts.

Mais ce n'est pas tout : vous pouvez aussi obtenir une réduction d'impôts supplémentaire équivalente à 40 % des investissements économiseurs d'énergie. Cet avantage fiscal est toutefois limité à un plafond de 2 770 euros pour les dépenses effectuées en 2009 (exercice d'imposition 2010). Pour profiter pleinement de ce montant, vous pouvez donc dépenser effectivement la somme de 6 925 euros.

Ce maximum porte sur un bâtiment et sur l'ensemble des travaux. Vous pouvez introduire plusieurs factures, mais tous les travaux doivent avoir été réalisés par un entrepreneur agréé. Nouveauté pour cette année : si vous dépassez le seuil de 2 770 euros, vous pouvez reporter le surplus sur les trois années suivantes, à condition que la maison soit occupée depuis au moins cinq ans.

N'oubliez pas non plus que les régions, les provinces, les communes, les fournisseurs d'énergie et les gestionnaires de réseau proposent des primes pour les dépenses permettant d'économiser l'énergie. Vous trouverez davantage d'informations à ce sujet sur www.wallonie.be (Wallonie), www.ibgebim.be (Bruxelles) et www.energiesparen.be (Flandre).

Les banques tentent, elles aussi, de vous convaincre avec des formules de crédit spéciales. Aujourd'hui, la plupart d'entre elles proposent plus qu'un simple prêt à la rénovation et offrent une formule plus avantageuse pour financer les travaux économiseurs d'énergie. Il s'agit dudit "prêt vert".

2. L'offre

Un prêt vert est un prêt à tempérament. La formule est, à certains égards, plus avantageuse qu'un crédit hypothécaire. Tout d'abord, elle est flexible : le prêt à tempérament est accordé plus facilement et plus rapidement que le prêt hypothécaire classique. Par ailleurs, ce prêt ne réclame pas de garanties.

En outre, les frais fixes sont bas car il n'y a ni frais de dossier ni frais de notaire. Le taux est toutefois supérieur à celui d'un crédit hypothécaire. Le tarif dépend en général du montant emprunté et de la durée. Les délais de remboursement maximaux sont fixés par la loi en fonction du montant emprunté.

Supposons que le coût de vos travaux de rénovation s'élève à 12 500 euros. Pour les transformations générales qui réclament un gros budget, la majorité des banques proposent un crédit hypothécaire classique. Souvent, il n'est même pas nécessaire de contracter un nouveau prêt. En effet, dans le cadre d'un crédit logement existant, vous pouvez généralement réemprunter le capital déjà remboursé ou non encore utilisé.

Cependant, si les travaux portent en grande partie sur des mesures visant à économiser l'énergie, vous avez tout intérêt à demander à votre banquier les conditions d'un prêt vert. Le tableau ci-dessous (exprimé en taux annuel effectif global) indique les taux appliqués par différentes banques pour un crédit vert de 12 500 euros sur cinq ans.

Conclusion

Premier constat : ING propose enfin un crédit vert dans sa gamme, ce qui n'était pas encore le cas l'an dernier. Nous remarquons par ailleurs que certaines banques mentionnent des conditions spécifiques alors que d'autres sont moins claires. Les unes sont aussi plus flexibles que les autres.

Chez CBC entre autres, seule la moitié du montant emprunté doit être consacrée à des investissements économiseurs d'énergie alors que l'autre moitié peut être utilisée pour des transformations générales. Voilà une solution très pratique. Nous vous conseillons de toute façon de demander toutes les conditions et de les examiner soigneusement.

Nous constatons aussi que les tarifs diffèrent fortement d'une banque à l'autre. Dans l'exemple ci-dessus, la différence entre la formule la moins chère et la formule la plus chère s'élève exactement à 1 000 euros pour une durée de cinq ans. Cela signifie concrètement que vous pouvez économiser pas moins de 8 % sur votre prêt vert en vous démenant un peu. Sachez finalement que les établissements financiers proposent souvent des tarifs super avantageux à leurs bons clients. Les clients Fidelio du Crédit agricole profitent ainsi d'un taux annuel effectif global très intéressant de 4,60 % pour leur crédit vert.

Roel Van Espen

Nos partenaires