Ce qui doit vous alarmer

18/02/11 à 10:20 - Mise à jour à 10:20

Source: Je Vais Construire

Aperçu des détails qui peuvent mettre sur la voie d'un vice du bâtiment.

Lorsque vous visitez une habitation qui nécessite une rénovation, certains détails peuvent vous mettre sur la piste d'un vice du bâtiment.

1. Fissures

Vous observez des fissures de :

- plus de 2 mm, sur toute l'épaisseur du mur : ces fissures sont dues à l'instabilité du terrain ou à des fondations qui génèrent des mouvements dans la structure. Pour y remédier, il faut reprendre le bâtiment en sous-oeuvre (lire plus bas), ce qui implique de lourds coûts ;

- 0,2 mm à 2 mm sur une partie de l'épaisseur : elles sont dues à l'absence de joint de dilatation, à la dilatation du béton armé... et peuvent être rebouchées par un corps de métiers compétent (en ayant recours à une armature si la fissure est importante) ;

- moins de 0,2 mm, linéaires ou en maille : ces fissures sont dues à un mauvais dosage de l'enduit, à un séchage trop rapide... Dans ce cas, les conséquences sont esthétiques, et aucun traitement ne s'impose.

2. Moisissure

La moisissure est une forme microscopique de champignon qui peut endommager la matière et provoquer des allergies. Quand vous visitez une habitation, soyez attentif aux endroits cachés. Des taches décolorées, une odeur de moisi ou de terre sont de bons indices. Ce type de désagrément trahit un problème d'humidité (fuites de plomberie, sous-sols mouillés ou froids, infiltrations d'eau, absence de ventilation...) ou un défaut d'isolation.

3. Champignons et insectes

Des champignons et des insectes xylophages peuvent attaquer le bois (la charpente, par exemple). Pour repérer ce problème, surveillez les taches sur le bois, les petits trous à la surface et la présence de sciure. Si vous en détectez, faites évaluer les dégâts et traitez au plus vite !

4. La mérule

C'est la pathologie la plus grave. Ce champignon, qui se nourrit de bois, prend dans un premier temps la forme de filaments enchevêtrés et plus tard du "crêpe" brun rouille. Quelques signes pour débusquer ce fléau, souvent bien caché : la déformation des boiseries, un bois qui s'effrite, la présence de flocons blancs d'une certaine consistance sur les chambranles, sur les plinthes ou sur les murs (à moins que cela ne soit que du salpêtre, qui tombe en poussière quand on le frotte). La découverte du mérule exige l'intervention d'un spécialiste et, en général, des travaux d'éradication très lourds et très coûteux. Ce symptôme doit vous faire réfléchir à l'achat du bien.

Fanny Bouvry

Nos partenaires