Coup d'½il sur les travaux de rénovation

18/02/11 à 10:38 - Mise à jour à 10:38

Source: Je Vais Construire

Depuis les fondations jusqu'au toit : les principaux aspects d'une rénovation

Coup d'½il sur les travaux de rénovation

© Soudal

Un aperçu des principaux types de travaux de rénovation :

1. Les fondations

Il arrive souvent que les fondations anciennes ne soient pas adaptées aux nouvelles surcharges. Si vous créez un mur porteur ou une colonne, il faudra lui adjoindre une semelle ou un appui ponctuel en sous-sol. Si vous surélevez le bâtiment, il faudra peut-être renforcer les semelles qui soutiennent le volume en sous-sol, vu l'augmentation de poids de la maison. Dans le cas des maisons très anciennes, il se peut aussi que les fondations d'époque soient sous-dimensionnées.

2. Toiture


Si la charpente existante n'est pas atteinte par une moisissure ou par des insectes, vous pourrez peut-être la récupérer et vous limiter à vérifier l'étanchéité de la couverture en tuiles ou en ardoises ainsi que celle des accessoires en zinc (gouttières, solins...) par un couvreur.

Si, par contre, la charpente est en mauvais état, il vous faudra la faire réparer, voire la faire refaire, par un charpentier. Dans ce cas, vous pourrez en profiter pour apporter, si vous le désirez, diverses modifications : rehausser, ajouter une verrière, etc. Parallèlement à ce poste, il faudra peut-être aussi revoir l'isolation de la toiture (lire ci-dessous). Dans ce cas, tuiles et ardoises devront être enlevées pour permettre le placement d'une sous-toiture.

3. Isolation thermique et étanchéité


L'isolation, dans une rénovation, doit souvent être revue, surtout en toiture, pour réduire au maximum les pertes de chaleur, supprimer les ponts thermiques et empêcher la migration de la vapeur d'eau dans la couche isolante. Cette isolation supplémentaire nécessitera parfois d'autres travaux puisque la place nécessaire à l'isolant n'a pas toujours été prévue. Dans une toiture, il faudra ainsi prévoir un contre-chevronnage et, dans un mur, une demi-cloison posée contre la paroi d'origine.

Tout cela devra se faire en fonction des épaisseurs et des matériaux de l'enveloppe. Si les travaux envisagés sont soumis au permis d'urbanisme, le règlement thermique impose des conditions quant au niveau d'isolation thermique global (variable K). Pour les autres travaux, il est conseillé de respecter les mêmes prescriptions afin d'obtenir une paroi suffisamment isolée. On notera en outre qu'il faut se référer à la nouvelle réglementation régionale en matière de Performance énergétique des bâtiments (PEB - cf. www.peb-solutions.be). Déjà en application en Flandre, elle devrait l'être aussi en Wallonie et à Bruxelles dans le courant de l'été 2008.

4. Autres travaux

Beaucoup d'autres travaux peuvent bien sûr être envisagés en cas de rénovation : placement de nouvelles cloisons, réfection de la façade, percement de baies, pose d'un escalier, d'un nouveau plancher, etc. Notez que, en rénovation, certaines techniques conviennent mieux que d'autres, le plus important étant que les éléments soient facilement manipulables. Ainsi, on privilégiera les systèmes légers ou en éléments, comme les poutrains ou les claveaux, plutôt que les hourdis, et la construction à ossature en bois plutôt que la construction lourde...

5. Eaux et sanitaires


Observez d'abord les matériaux dont les tuyauteries sont faites. Tout ce qui est en plomb devra absolument être changé. L'acier galvanisé pourra être conservé, mais il faut savoir qu'à la longue, il rouille. L'idéal consisterait en fait à placer de nouvelles canalisations en matériaux plastiques.

D'autres problèmes peuvent également survenir : une faible pression d'eau trahira des dépôts de calcaire dans la tuyauterie (qui peuvent être éliminés par un détartrage électronique) ou une valve d'entrée à remplacer ; des bruits ou des sifflements dans le réseau indiquent quant à eux que la dilatation des tuyaux est entravée (privilégiez les matériaux plastiques), que les robinets doivent être changés, etc. Appelez un plombier pour réaliser un check-up complet de votre installation.

L'évacuation des eaux usées réclame aussi votre attention. En effet, s'il est possible de faire monter l'eau alimentaire dans les tuyaux en la mettant sous pression, les eaux usées s'évacuent par gravité et doivent donc bénéficier d'un réseau en pente vers l'égout. Ainsi, si la nouvelle salle de bain ou les toilettes sont situées à l'arrière de la maison, il faudra qu'une canalisation en pente traverse celle-ci sur toute sa profondeur en direction de la rue. Ceci peut entraîner de lourds travaux : la démolition des revêtements de sol, le percement des murs de fondations...

6. Chauffage

En rénovation, il est recommandé de changer la chaudière, surtout si elle est ancienne, afin d'obtenir un meilleur rendement. La durée de vie d'une chaudière est de vingt ans. Pour une nouvelle chaudière au gaz, il faut choisir un appareil portant le label CE et HR+ ou HR-TOP fonctionnant à basse ou très basse température (infos sur www.gazinfo.be). Pour une chaudière au mazout, optez pour un modèle portant le label CE et Optimaz (infos sur www.infomazout.be).

7. Électricité


Une installation électrique se doit d'être conforme au Règlement général sur les installations électriques (RGIE) ; cet organisme agréé, chargé de la contrôler, vous délivrera un certificat de conformité (infos sur http://www.economie.fgov.be).

En bref, un contrôle s'impose,
1. pour les installations mises en service avant le 1er octobre 1981 :
- lors de modifications ou d'extensions importantes ;
- lors de toute demande de renforcement de la puissance de raccordement ;
- lors d'un transfert de propriété, lorsque l'installation n'est pas couverte par un rapport de conformité basé sur le RGIE (cette dernière règle ne sera d'application qu'à partir de juillet 2008) ;

2. pour les installations mises en service après le 1er octobre 1981 :
- tous les 25 ans ;
- avant le raccordement d'une nouvelle installation ;
- lors de modifications ou d'extensions importantes ;
- lors d'une demande de renforcement de la puissance de raccordement.

8. Finitions proprement dites

Vient alors, enfin, en bout de course, l'étape que les habitants attendent tous et qu'ils imaginaient être le gros de leur rénovation : les finitions proprement dites (peinture, revêtements de sols, nouvelle cuisine, nouveaux sanitaires, etc.).

9. Réception

À la fin du chantier, si vous avez travaillé avec une ou plusieurs entreprises, il vous faudra encore passer par la phase de la "réception provisoire" qui permet à l'entrepreneur, à l'architecte et au maître d'ouvrage de dresser le bilan de ce qui a été réalisé, de régler les derniers détails en suspens, les malfaçons apparentes, etc. Au terme de cette rencontre prend cours la garantie décennale.

Attention qu'il ne s'agit pas d'une garantie totale sur tous les ouvrages mais d'une responsabilité conjointe de l'architecte et des entrepreneurs sur la stabilité et l'étanchéité du bâtiment. Un an après la fin du chantier, une réception définitive mettra un point final à la réalisation de l'ouvrage. Le bâtiment aura déjà "vécu", subi des intempéries, un hiver... Les habitants pourront alors éventuellement signaler l'une ou l'autre chose à réparer ou à achever.



Fanny Bouvry

Nos partenaires