Emprunter pour rénover

22/02/08 à 00:57 - Mise à jour à 00:57

Source: Je Vais Construire

Nous nous faisons tous une idée plus ou moins précise de la maison de nos rêves.

Emprunter pour rénover

Nous nous faisons tous une idée plus ou moins précise de la maison de nos rêves.

Mais souvent la réalité est tout autre: soit la salle de bains est trop petite, soit la cuisine a grand besoin d'être rénovée et un emplacement supplémentaire dans le garage serait le bienvenu...

Une rénovation de fond en comble s'impose petit à petit, mais il faut qu'elle soit financièrement abordable. Dans la plupart des cas, la maison que vous occupez fait déjà l'objet d'une importante hypothèque et des débours supplémentaires s'avèrent impossibles. Heureusement, votre banquier est là pour vous donner un coup de pouce.

La construction de votre maison vous a déjà coûté les yeux de la tête. Pourtant, il y a de fortes chances que vous envisagiez des travaux de rénovation alors que vous remboursez encore votre hypothèque. Un crédit supplémentaire viendra donc bien à point. Cela étant, vous avez tout intérêt à examiner la situation avec votre banquier.

En règle générale, ce dernier vous fera une proposition concrète pour le financement de vos travaux de rénovation, souvent sous la forme d'un emprunt hypothécaire à savoir un crédit dont le remboursement est couvert par une hypothèque ou une procuration hypothécaire. Ceci implique que la banque a le droit de vendre la maison si vous n'êtes pas à même de satisfaire aux conditions de remboursement.

Pour une rénovation d'envergure, il est toutefois bon de sonder le marché pour dénicher les meilleures conditions pour votre emprunt hypothécaire. Généralement, votre banquier est en mesure de vous proposer les meilleurs tarifs.

En outre, la plupart des institutions financières ont tiré les leçons du passé: il n'est plus question de jongleries assorties de conditions spectaculaires. Dans la pratique, cela signifie que les tarifs des différentes institutions financières ne divergent plus guère. L'époque où les luttes concurrentielles fournissaient de véritables aubaines, est bien révolue.

Un bon conseil

Si vous n'êtes pas familiarisé avec le marché des hypothèques, ou si vous avez l'intention d'emprunter une somme conséquente, mieux vaut demander l'avis d'un courtier ou d'un conseiller en crédits. Immotheker et Finshop par exemple, prodigueront de bons conseils à tout candidat-rénovateur.

Après avoir fait le tour de toutes ces sources d'informations, un conseiller en crédits vous proposera les meilleures conditions sur le marché. En général, il est amené à comparer au quotidien un bon millier de produits proposés par différentes banques et autres institutions financières et recherche la formule la plus avantageuse pour votre situation concrète. En tant que client d'un courtier en crédits, vous avez la garantie de recevoir des conseils pendant toute la durée de l'emprunt. En outre, il n'hésitera pas à vous faire remarquer qu'il faudrait songer à revoir votre prêt hypothécaire, dans le cadre d'une chute des taux par exemple.

Vous avez pourtant tout intérêt à vous informer auprès de plusieurs banques, et même de les monter les unes contre les autres. Ce petit monde des emprunts hypothécaires n'est pas aussi simple qu'il y paraît. Tout candidat-rénovateur digne de ce nom se doit de mener sa petite enquête.
Par exemple, il doit pouvoir faire la différence entre le taux d'intérêt de base et le taux d'intérêt appliqué. Le taux d'intérêt de base ou taux d'intérêt affiché est en fait le taux d'intérêt que les agences de banques affichent littéralement pour le monde extérieur. Dans la pratique, et en fonction de vos talents de négociateur, des ristournes sont consenties, de telle sorte que le taux d'intérêt réel ou appliqué est celui dont vous devez tenir compte en tant qu'emprunteur. Les mensualités seront calculées sur la base de ce taux d'intérêt réel.

Le prêt à tempérament


L'emprunt hypothécaire est la formule de crédit la plus utilisée lorsque la rénovation exige un investissement relativement conséquent. Mais si la somme à emprunter est modeste, la banque vous proposera un prêt à tempérament.

Dans ce cas, la somme empruntée sera versée en une fois et remboursée par mensualités. Mais quel est l'avantage d'un prêt à tempérament comparé à un prêt hypothécaire? C'est très simple: le notaire ne doit pas intervenir. Il n'y a donc pas de frais de notaire. En d'autres mots, un prêt à tempérament est nettement moins cher, en dehors du taux d'intérêt proposé. En outre, un prêt a tempérament est lié à moins de conditions.

Mais le prêt à tempérament présente aussi un gros inconvénient. Il faudra le rembourser dans un délai plus court. Et dès lors, la somme à verser chaque mois sera nettement plus élevée. Cela signifie que le candidat-rénovateur doit disposer d'importants moyens financiers. Par ailleurs, il ne faut pas négliger les aspects fiscaux. Ils sont différents selon qu'il s'agit d'un prêt à tempérament ou d'un prêt hypothécaire.

Le meilleur choix?

Il faut cependant tenir compte du fait que vous n'avez pas de frais de notaire dans le cas d'un prêt à tempérament. Quant au désavantage du prêt hypothécaire, il s'amenuise toutefois suivant l'importance de la somme: plus celle-ci est élevée et plus les frais de notaires diminuent. Un prêt à tempérament est donc intéressant lorsque les montants sont peu élevés. Et puisque la durée et la somme empruntée sont généralement liées, on peut dire qu'un prêt à tempérament est plus intéressant pour les courtes durées. Pour un emprunt de moins de cinq ans dans le cadre d'une rénovation, le choix de cette formule s'impose également. Il faut néanmoins peser le pour et le contre.

La différence de tarif entre un prêt à tempérament et un crédit traditionnel peut être de taille. Nous allons vous l'expliquer à l'aide d'un exemple concret. Dans le cas d'un prêt à tempérament sur dix ans, le tarif oscillera autour des sept pourcents dans le contexte conjecturel actuel. Suivant les banques, ce sera un peu plus, ou un peu moins. Dans le cas d'un prêt hypothécaire sur dix ans, le taux d'intérêt se situe aux environs de 3,75 %. Un prêt à tempérament peut donc paraître, à première vue, deux fois plus cher.

Roel Van Espen

Supplément

UNE ASSURANCE POUR AVOIR LA CONSIENCE TRANQUILLE!

Le sort en est jeté. Des entretiens avec votre banquier, il ressort que, dans le cadre de vos travaux de rénovation, vous allez opter pour un prêt à tempérament. Mais avant d'apposer votre signature sur le contrat, réfléchissez encore. Et s'il vous arrivait quelque chose? Ou à votre partenaire? Un accident est si vite arrivé...Toute personne qui conclut un crédit hypothécaire est tenu de se prémunir contre de telles éventualités par le biais d'une assurance solde restant dû. Dans le cas d'un prêt à tempérament, ce n'est pas une obligation mais cette assurance n'est pas un luxe superflu. Pour un montant relativement modeste, vous pouvez dormir sur vos deux oreilles. Si vous avez contracté cette assurance, le remboursement du prêt à tempérament sera garanti en cas de décès. En outre, vous pouvez aussi vous couvrir contre une invalidité temporaire ou permanente.

QUID SI VOUS AVEZ UN PRET HYPOTHECAIRE EN COURS?

Supposons que vous avez acheté une maison il y a quelque temps. Pour financer cet achat, vous avez conclu un crédit hypothécaire. Or, vous souhaitez à nouveau emprunter de l'argent pour réaliser quelques travaux de rénovation. Votre banquier acceptera sans le moindre problème car vous pourrez reprendre une partie du capital déjà remboursé. Si vous disposez par exemple d'un crédit hypothécaire en cours d'un montant total de 100 000 euros, dont 30 000 ont déjà été remboursés, vous pourrez réemprunter cette somme remboursée, sans devoir repasser devant le notaire et, plus important encore, sans devoir payer des frais de notaire supplémentaires.

Mettez-vous d'accord avec votre banquier sur les nouvelles conditions en termes de délais de remboursement. Dans ce cas, un prêt à tempérament n'est pas intéressant, à moins que nous n'optiez expressément pour une durée de cinq ans ou moins.

Nos partenaires