Incendies : (r)assurez-vous !

23/02/11 à 13:19 - Mise à jour à 13:19

Source: Je Vais Construire

Ce à quoi il faut faire attention quand on choisi une assurance incendie.

Vous tenez à votre maison, et c'est normal ! Même si la loi ne l'impose pas, une assurance incendie n'est certainement pas un luxe superflu. Quels sont les points qui doivent retenir votre attention ?


Précisons tout d'abord que l'assurance incendie englobe aujourd'hui beaucoup plus qu'une simple couverture contre l'incendie. Même si celle-ci reste l'élément central de la police, l'assurance incendie indemnise aussi les dégâts occasionnés à votre maison par une tempête, un court-circuit, des actes de vandalisme...

Depuis environ quatre ans, toutes les assurances incendie doivent légalement contenir un volet "catastrophes naturelles" (telles qu'inondations et tremblements de terre). La dénomination plus large d'"assurance habitation" constitue dès lors un terme générique qui porte sur l'ensemble. Une telle assurance ne couvre d'ailleurs pas que le bâtiment mais aussi son contenu.

1. Pas obligatoire mais vivement conseillée


Même si la loi ne vous y contraint pas, une telle protection est fortement conseillée. De nombreuses banques exigent d'ailleurs la souscription à une assurance incendie pour l'octroi d'un prêt hypothécaire. Selon les chiffres d'Assuralia, l'union professionnelle des entreprises d'assurances, plus de 95 % des Belges disposent de cette assurance. Indépendamment de cette assurance incendie facultative, notre pays vous obligera bientôt à contracter une assurance qui dédommage les tiers ayant subi des dommages corporels suite à l'incendie ou l'explosion de votre maison. Vous êtes libre d'intégrer cette couverture dans votre assurance incendie ou dans votre assurance responsabilité civile.


Les primes des assurances incendie peuvent varier en fonction de l'assureur. Il est donc important de comparer les différentes offres car il n'existe pas de tarif fixe. La prime dépend notamment de la superficie de votre maison, du nombre de pièces, des matériaux utilisés et de la valeur du mobilier. Sachez toutefois que le prix de votre assurance incendie augmentera cette année en moyenne de 3 à 4 % en raison du nombre croissant de sinistres, provoqués généralement par des catastrophes naturelles.

2. Libre de franchise ?


Hormis certains assureurs qui se targuent d'offrir un dédommagement intégral, on vous réclamera en règle générale une franchise contractuelle. Cette franchise correspond au montant que vous devrez débourser lors du paiement de l'indemnisation. Les polices sans franchise ne sont pas nécessairement plus intéressantes car les primes sont alors souvent plus élevées ou les garanties moins importantes. Une franchise de quelque 220 euros est habituellement appliquée. Ce montant est lié à l'index des prix de la construction (ABEX).

Vous pouvez également opter pour une police avec franchise anglaise. Dans ce cas, si l'indemnisation est supérieure à la franchise (environ 220 euros), la totalité vous est remboursée, y compris la franchise. Cela mérite réflexion !

3. Que vérifier ?


Comme précisé ci-dessus, les tarifs peuvent fortement varier d'une compagnie d'assurances à l'autre. Il faut donc absolument demander plusieurs offres et les comparer. Certains sites peuvent vous aider dans cette démarche, notamment ceux de 18pourcent.be (www.18pourcent.be) et d'Eccent (www.eccent.be).

Veillez toutefois à ne pas comparer des pommes et des poires. Regardez ce qu'il en est de la franchise. Vérifiez aussi la couverture de votre contrat (par exemple vol, bris de vitre et abri de jardin) et le montant maximum couvert par sinistre.

Vous disposez déjà d'une assurance incendie ? Dans ce cas, il peut être intéressant de passer en revue votre police. La valeur assurée de votre maison et du mobilier est-elle toujours d'actualité ? Si vous êtes sous-assuré, cela peut naturellement avoir des répercussions sur le remboursement d'un éventuel dommage. Profitez-en pour vérifier si vous êtes couvert contre les dégâts corporels occasionnés à des tiers suite à un incendie ; en effet, cette couverture sera bientôt obligatoire.


Roel Van Espen

Conseils...

1. EN PHASE DE CONSTRUCTION ?
Votre maison est encore en chantier ? Dans ce cas, vous avez tout intérêt à déjà souscrire une assurance pour le bâtiment. La majeure partie des compagnies d'assurance vous octroient une réduction de prime de 50 % pour vous couvrir.


2. L'ASSURANCE INCENDIE S'APPLIQUE-T-ELLE AUSSI AUX LOCATAIRES ? L'assurance incendie n'a pas seulement été instaurée au bénéfice des propriétaires d'une maison ou d'un appartement. Le locataire a, lui aussi, tout intérêt à conclure une telle assurance. Lorsque votre contrat de location est échu, vous devez rendre le bien dans l'état dans lequel vous l'avez reçu.

Si le bien a subi des dégâts par le feu, vous êtes en principe responsable. Une assurance incendie peut alors vous aider à remettre le tout dans l'état d'origine. La plupart des contrats de location obligent d'ailleurs le locataire à souscrire une telle assurance.

En Belgique, près de 90 % des locataires sont ainsi assurés contre les incendies. Cette assurance ne fait nullement double emploi avec l'assurance habitation du propriétaire. De fait, le propriétaire assure sa propriété pour la valeur à l'état neuf tandis que la responsabilité du locataire se limite à la valeur réelle et au contenu de la maison.


3. COMMENT DÉFINIR LA VALEUR ASSURÉE ?
Il est primordial de bien déterminer la valeur de la maison et du mobilier assuré lorsque vous souscrivez une assurance incendie. Normalement, cette mission est dévolue au courtier en assurances, mais vous pouvez naturellement solliciter l'aide de votre banque (ou d'un expert). Il est important de définir la valeur exacte, car celle-ci détermine la prime et les éventuels dédommagements. Nous vous conseillons de rassembler suffisamment de preuves - photos et factures de votre mobilier et de votre maison - et de les conserver dans un endroit sûr (par exemple dans un coffre à la banque).

Nos partenaires