Ancrée sur le terrain

03/08/10 à 11:47 - Mise à jour à 11:47

Une maison tout en longueur, perchée sur son terrain, se projette vers la vallée de Spa tout en protégeant l'intimité de ses habitants.

LIGNES DE FORCE 1. L'intégration du bâtiment dans son environnement et son dialogue avec le site. 2. Le choix des matériaux, cèdre et moellons, vocabulaire rural par excellence. 3. La frontière volontairement floue entre les espaces intérieurs et extérieurs. 4. La qualité des différentes atmosphères créées dans la maison. 5. Le grand meuble du séjour, à la fois rangement, cassette et garde-corps, derrière lequel se dissimulent les escaliers.

ARCHITECTE Olivier Fourneau architectes sprl

Cette maison est sortie de terre un peu par hasard : ses propriétaires cherchaient simplement à investir dans un bien. Rien de plus, car ils vivaient heureux dans leur fermette. Mais quand ils ont découvert ce vaste terrain de la vallée de Spa et son potentiel, ils ont tout remis en question. Et ils ont vendu leur première habitation...

"Comme on vivait dans une maison plutôt classique, on a choisi d'en construire une différente, plus contemporaine, précise le propriétaire. Comme toute la zone était à bâtir, on pouvait faire ce qu'on voulait sur ce terrain d'un hectare. On a donné carte blanche à l'architecte."

Généreux jardin

Pour ancrer la maison sur le site, les architectes ont imaginé un grand mur de soutènement en moellons de grès du bois d'Anthisnes, maçonnés à sec. Un matériau choisi pour son vocabulaire rural. Ce mur s'étire au maximum pour donner la sensation de relier les deux extrémités du terrain, et donc intégrer le programme à l'environnement.

Les architectes ont implanté la maison dans la partie haute du terrain, pour l'isoler et aller chercher les vues, tout en ménageant suffisamment d'espace pour conserver un généreux jardin à l'arrière, au sud.

Atmosphères différentes

L'entrée, placée sur le côté de la maison, est clairement identifiée par un auvent, une toiture suspendue à un portique métallique. Une fois passé le sas, où se trouve le vestiaire, la maison s'expose de plain-pied. Les zones de vie, soit salon, salle à manger et cuisine, composent un seul espace tout en transparence, muni de façades largement ouvertes. À l'avant, une baie se projette en porte-à-faux vers la vallée et permet d'aller chercher des vues latérales.

Les différentes zones sont personnalisées, pour créer des atmosphères différentes. La cuisine est plus fermée et sa hauteur sous plafond est plus basse que dans la zone occupée par le salon et la salle à manger. Ces derniers espaces profitent de leur côté de toute la hauteur sous toiture.

Un escalier ajouré mène à une mezzanine qui s'installe au-dessus des chambres. Elle reçoit le bureau, dans une atmosphère très intime, plus privée, et mène à une terrasse solarium, couverte de bois exotique non traité. La mezzanine offre aussi une vue privilégiée sur le terrain, à travers les pignons généreusement vitrés en leur sommet.

Léa Bierlin

En savoir plus sur:

Nos partenaires