Contemporaine et déjà reconnue

27/09/11 à 13:58 - Mise à jour à 13:58

Dans un lotissement conventionnel, une habitation contemporaine se mêle aux autres.

LIGNES DE FORCE 1. La microarchitecture, soit l'intégration des rangements dans le projet et le dessin du mobilier qui structure l'espace. 2. Les techniques d'économie d'énergie, l'usage d'une pompe à chaleur et d'un système de chauffage par rayonnement murs et sol. 3. La création d'un volume simple et contemporain qui n'entre pas en conflit avec le reste du lotissement.

ARCHITECTECrahay & Jamaigne société d'architectes scrl

Dans un lotissement traditionnel, une maison de bois se mêle aux habitations classiques. Et c'est par sa différence que le bâtiment s'intègre au quartier, sans dénoter.

Volume cubique

Le volume cubique et couvert de cèdre non traité est décomposé en deux éléments, pour plus de légèreté. Le premier, qui accueille les zones de vie, les chambres et le bureau, se projette vers la rue, en porte-à-faux. Un garage se glisse en dessous.

Le second, plus étroit, s'installe latéralement et légèrement en retrait côté nord, et reçoit les zones de circulation, la cuisine et la salle de bains. Ce glissement permet de marquer un recul pour l'entrée et de privatiser une terrasse à l'arrière.

Un meuble en stratifié blanc

À l'intérieur, tout est ouvert, épuré, lumineux et en relation avec l'extérieur. Les espaces s'organisent autour d'un grand meuble en stratifié blanc qui se déploie sur deux niveaux. Il sert de séparation et de rangement, intègre un feu ouvert et les techniques, et permet également un passage pour se rendre dans le séjour. Le salon se trouve côté rue, mais en est séparé par une terrasse couverte, qui se projette au-dessus du garage. Les grandes baies offrent une vue franche, orientée selon un axe avant-arrière.

La salle à manger s'installe vers l'arrière et donne sur une terrasse exposée plein sud. Pour trouver la cuisine, il faut revenir dans l'autre volume, qui prolonge la maison côté jardin. Une fenêtre en bandeau cadre la vue au niveau du plan de travail, tandis qu'une grande baie vitrée s'ouvre sur le jardin.

Une terrasse intime

Le décalage des deux volumes a permis de créer une terrasse plus intime au creux de la maison. Dans son prolongement, un plan d'eau génère un effet miroir.

À l'étage, la vue plonge sur la vallée via une grande baie s'élevant du sol au plafond. Pour limiter les obstacles visuels, celle-ci est décollée de la façade et donne l'impression que le vitrage se prolonge indéfiniment vers le haut.

Maison basse énergie

La maison, basse énergie, bénéficie d'une ventilation mécanique double flux, d'une pompe à chaleur et d'un puits canadien. Au rez-de-chaussée, le chauffage est intégré au sol. Même principe à l'étage, où le système de chauffage par rayonnement est incorporé aux murs.

Particularité : la maison, qui date de 2008, a déjà été reprise à l'Inventaire du patrimoine architectural de Wallonie. "Cela montre que les architectures contemporaines peuvent être reconnues par le Patrimoine", soulignent les architectes.

Consultez le numéro 344 de notre magazine Je vais construire pour plus d'infos sur la rénovation de cette maison.

En savoir plus sur:

Nos partenaires