Du brut tout en nuances

23/09/11 à 11:45 - Mise à jour à 11:45

Les futurs propriétaires souhaitaient une demeure inondée de lumière et en dialogue permanent avec le jardin, avec de grands espaces, façon loft, peu meublés et sans détails superflus.

LIGNES DE FORCE 1. Les deux niveaux en forme de U. Si l'on dispose d'un budget serré, on peut réaliser ses ambitions à l'aide d'une construction structurellement simplifiée. 2. Le caractère brut des briques maçonnées sans joints. On reste ainsi dans l'artisanal et le côté clinique de l'habitat moderniste se voit nuancé. 3. La fenêtre jouxtant la cuisine. Sans elle, l'apport de lumière serait insuffisant, tout comme la communication avec la rue.

ARCHITECTEBULK architecten, architecte Tom Vermeylen

Les futurs propriétaires souhaitaient une demeure inondée de lumière et en dialogue permanent avec le jardin, avec de grands espaces, façon loft, peu meublés et sans détails superflus. Et une toiture plate. Un souhait contraire aux prescriptions urbanistiques, mais que l'architecte Tom Vermeylen a pourtant su réaliser.

Deux niveaux en forme de U Le volume total constructible s'avérant trop vaste, et son apparence extérieure trop imposante, l'architecte a "prélevé" une portion à chacun des deux niveaux, créant un vide faisant office de patio. Le projet est dès lors composé de deux niveaux en forme de U, perpendiculairement superposés. "Pour paraphraser le projet, on pourrait dire que ce que l'on ne construit pas est tout aussi important que ce que l'on construit", déclare l'architecte.

Steeldeck

Au rez-de-chaussée, semi-enterré, se développent le hall d'entrée, les chambres à coucher, les salles de bains, un grand espace polyvalent ainsi qu'un abri de jardin. Le niveau supérieur distribue la salle à manger, la cuisine et le salon. Une construction plus légère est venue s'emboîter par-dessus, perpendiculairement. Si les murs sont également maçonnés, la toiture est en steeldeck.

La différence entre les deux niveaux est accentuée par l'utilisation des matériaux. À l'étage inférieur, les plafonds en béton brut de décoffrage contrastent avec l'effet neutre du plafonnage des murs et du revêtement de sol en béton ciré. L'étage supérieur présente une légèreté lumineuse, procurée en partie par le plafond en steeldeck. Un parquet de lamelles posées sur chant constitue la plus grande partie du revêtement de sol, créant une atmosphère chaude et conviviale. Le sol de la cuisine est quant à lui revêtu de résine époxy.

Emplacement de parking

L'architecte a conçu l'emplacement de parking comme un espace totalement intégré à la demeure. Cet emplacement "creusé" dans le volume et aboutissant sur le patio permet d'y garer la voiture et sert d'entrée centrale abritée.

Trois petits toits Si l'architecte a reçu carte blanche des propriétaires, les prescriptions urbanistiques lui ont en revanche imposé certaines limites. La maison aurait dû en principe présenter une toiture en pente. L'architecte a donc créé une succession de trois petits toits, en lieu et place d'une seule et immense toiture. Il a ensuite dessiné une large corniche à même hauteur que le faîtage de ces toits, les dissimulant pour donner l'illusion d'une toiture plate.

Consultez le numéro 344 de notre magazine Je vais construire pour plus d'infos sur la rénovation de cette maison.

Nos partenaires

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience d'utilisateur. En continuant à surfer, vous acceptez notre politique de cookies. Plus d'infos