Économique, intégrée et bien pensée

30/08/11 à 14:06 - Mise à jour à 14:06

Son diplôme d'architecte en poche, Vincent Verheggen a décidé de concevoir un projet à budget modeste sans pour autant rogner sur l'espace, la lumière et l'ouverture.

LIGNES DE FORCE Selon l'architecte/propriétaire 1. L'intégration de la volumétrie du projet dans un terrain au relief particulier. 2. L'implantation des pièces de vie tout en haut de la maison, en contact avec le terrain. 3. L'exploitation quasi totale du terrain. 4. La simplicité de l'architecture, avec notamment des fenêtres percées dans les ardoises, sans appui de fenêtre ni seuil. 5. L'aspect extérieur de la maison, avec la pierre calcaire d'origine réutilisée, mariée au fibre-ciment et aux ardoises. 6. Le coût de la construction et du terrain, particulièrement compétitif.

ARCHITECTE Vincent Verheggen architecte SPRl, verheggen.vincent@gmail.com

Située dans la région namuroise, cette construction a été conçue pour recevoir deux habitations identiques, se déclinant chacune sur 3 niveaux de 60 m2. Parce que le hall d'entrée est commun, le bien se définit comme un "immeuble à appartements". Pour un premier "chez soi", le bien ambitionné est souvent un appartement.

C'est précisément ce que Vincent Verheggen a cherché à faire. "Mais je n'ai pas trouvé d'appartement en-dessous de 150 000 euros, pour une surface avoisinant les 70 m². Avec mon cousin, qui était dans le même cas que moi, nous avons alors décidé de concevoir un projet neuf qui nous coûterait moins cher tout en étant plus vaste et plus personnalisé."

Un terrain le meilleur marché possible

Le premier objectif était de trouver un terrain le meilleur marché possible, en clair celui dont personne n'aurait voulu. "Nous avons mis la main dessus assez rapidement, explique Vincent Verheggen. Il s'agissait d'une parcelle d'environ 6 ares, en plateaux et au relief très particulier, que nous avons acquise pour 36 000 euros." Côté rue, un mur de soutènement en pierre d'environ 2 mètres de hauteur avait été érigé, sur toute la longueur de la propriété, soit 26 mètres. La parcelle se déclinait ensuite en plusieurs paliers, tous surmontés d'un mur.

Pour réduire la facture, les maîtres d'ouvrage ont recouru à différentes astuces. Le rez-de-chaussée, par logement, consiste en une grande pièce vide de 60 m2 utilisée comme garage, atelier ou buanderie. On n'y trouve aucune finition. Ce niveau étant complètement enterré, hormis la façade avant, il était difficile d'y aménager des pièces de vie." Ce niveau accueille également le hall commun et son escalier menant aux espaces privés de chacune des habitations.

Le premier étage se compose d'un hall de nuit, d'un WC, de deux chambres et d'une salle de bains. Le second étage abrite la pièce de vie principale avec la cuisine, le cellier, le salon et la salle à manger. Des cloisons légères y ont été érigées au fur et à mesure des besoins et du budget.

Les maîtres d'ouvrage ont utilisé des matériaux moins coûteux tels que les ardoises de façade qui recouvrent trois des quatre côtés de la maison. Leur prix équivaut à la moitié de celui d'une brique. D'autre part, les finitions intérieures ont été réalisées par les maîtres d'ouvrage eux-mêmes (cloisons, parquet, portes, plaques de plâtre, etc.).

Consultez le numéro 343 de notre magazine Je vais construire pour plus d'infos sur la rénovation de cette maison.

En savoir plus sur:

Nos partenaires