En images: ce penthouse spacieux offre une vue époustouflante sur Bruxelles

17/12/15 à 09:45 - Mise à jour à 09:45

Perché au douzième étage d'un immeuble bordant une large avenue arborée de la capitale, le penthouse de Jean et Cathy offre une vue imprenable sur la ville. Sur base d'un espace livré casco, l'architecte Laurence Dardenne, du bureau Ella architecture, a aménagé un duplex où lumière et espace sont les maîtres mots. Un écrin digne de la collection d'art qu'il abrite.

Lorsque le couple en fait l'acquisition, ce grand volume brut sur deux niveaux, sans la moindre finition intérieure, est à mille lieues de ressembler au logement chic et cosy qu'il deviendra grâce à l'imagination créatrice de l'architecte. Au départ, tout semble possible. Mais à bien y regarder, les options sont finalement limitées si l'on veut préserver la qualité principale du lieu et la mettre en évidence : " Contrairement aux apparences, explique Laurence Dardenne, ce vaste duplex entièrement libre n'offrait pas tellement d'alternatives pour autant qu'on veuille garder l'espace ouvert, c'est-à-dire garder le rapport de vide plus grand que le rapport de plein. " En effet, il eût été dommage de cloisonner et diviser entièrement un tel volume.

Construire sur le toit

N'est-il pas courant de nos jours de rehausser des bâtiments pour en augmenter la surface habitable ? Grâce à une telle opération entreprise par des promoteurs, Jean et Cathy ont trouvé l'endroit idéal pour installer leur repaire bruxellois. Les futurs occupants ont en effet acquis à l'état casco (gros oeuvre fermé) un volume d'une double hauteur construit sur le toit d'un immeuble existant. Pour seules contraintes : la cage d'escalier, la trémie d'ascenseur et les gaines techniques. Pas évident, cependant, d'intégrer de nouveaux éléments formels dans une structure existante. Laurence Dardenne a d'ailleurs fait appel aux conseils d'un ingénieur pour étudier la mise en place de la mezzanine. Pour limiter le poids sur la toiture existante, l'ancien complexe de chape isolante et d'étanchéité a été supprimé tandis que la dalle en béton a été renforcée ponctuellement pour supporter les nouvelles colonnes en acier.

Sensation d'espace

On aurait pu imaginer de créer deux niveaux entiers dans ce grand volume, pour le rentabiliser au maximum. Mais c'était faire fi de cette qualité spatiale intrinsèque au lieu : la sensation d'espace procurée par la double hauteur sous plafond. D'emblée, l'architecte a souhaité maintenir tant que possible cette hauteur atypique pour mettre en valeur l'ouverture de l'espace. Seules les pièces plus intimes ont trouvé refuge sous la mezzanine. Ce plateau intermédiaire de quatre-vingts mètres carrés n'entrave en rien l'espace total. En somme tout est question de proportion : si la mezzanine divise partiellement le volume, elle ne lui vole pas la vedette et s'y liaisonne harmonieusement par sa large ouverture supérieure. Le vide reste prédominant alors que les pleins lui donnent toute sa valeur. La transparence totale donne au loft une agréable sensation d'ouverture.

Texte: Marie Delooz / Photos: Laurent Brandajs

Je vais construire & rénover n°386

Architecte Laurence Dardenne - www.ella-architecture.com

Nos partenaires