En images : cette habitation en bois se confond totalement avec son environnement boisé

18/02/15 à 12:07 - Mise à jour à 24/02/15 à 10:57

C'est dans un bois de la commune de Brecht, entre bungalows et chalets datant des années 1960 - 1970, qu'est discrètement nichée cette maison en forme d'étoile à quatre branches. Une structure légère à ossature bois, parfaitement intégrée à son environnement.

Il pleut. Les murs blancs des petites résidences de vacances tranchent avec la verdure alentour. Pour tout dire, elles ne sont pas très belles. "À l'époque de leur construction, ceux qui avaient choisi de s'installer ici estimaient manquer de lumière et ont fait abattre quantité d'arbres. C'est tout à fait regrettable et, surtout, contradictoire avec l'envie de vivre au plus près de la nature. Notre projet va à contre-courant de ce saccage", explique Matthias Brusselmans du bureau A2D-architects.

Sur la parcelle en légère pente située à l'orée du bois, quelques sapins se dressent fièrement. À leurs pieds, un ruisseau serpente joyeusement. "L'endroit est magnifique. Il nous fallait donc imaginer une construction qui respecterait le site en déplaçant le moins de terres possible. Nous avons rapidement pensé à une maison sur pilotis. Une position en hauteur permet en effet de jouir d'une jolie vue. Nous avons évidemment tenu compte des arbres situés à l'endroit où devait se dresser la maison en adaptant notre projet à la nature et non l'inverse".

Résultat : une architecture peu habituelle dont Claudine, la propriétaire, se montre très heureuse. "Quelle créativité par rapport aux nouvelles constructions d'aujourd'hui, où le choix se résume souvent entre une fermette en briques et un cube de béton. J'ai rapidement compris que, contrairement à ce que d'autres avaient fait ici il y a une cinquantaine d'années, on ne pouvait pas construire à tort et travers. À l'époque, peu importait d'abattre un arbre ou deux pour aménager une terrasse. Aujourd'hui, la commune se montre beaucoup moins conciliante et si l'on peut encore déboiser - dans certaines limites - il y a obligation de compenser".

Texte: Wim Deloof / Photos: Liesbet Goetschalckx

'Tu bâtis, je rénove' n° 307

A2D Architects - www.a2d.be

En savoir plus sur:

Nos partenaires

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience d'utilisateur. En continuant à surfer, vous acceptez notre politique de cookies. Plus d'infos