En images : cette maison osée est pratiquement invisible depuis la rue

12/01/15 à 13:57 - Mise à jour à 14:43

Gilles Desirotte et Nathalie Donckels se sont construit une maison audacieuse : encastrée dans le talus, partiellement bardée de cuivre et couverte d'une toiture végétale. L'idée : jouer la carte de l'intégration et de la discrétion, pour éviter de pénaliser les voisins. Avec succès.

Dissimulée derrière une haie, encastrée dans un terrain en pente, l'habitation se fait particulièrement discrète. " Les voisins ont seulement compris que c'était une maison quand on a installé les panneaux solaires thermiques, sourient Gilles Desirotte et Nathalie Donckels. Ils pensaient que ce n'était pas fini car il n'y a pas de fenêtre à rue... " De fait, la maison est si bien intégrée au terrain en pente que, depuis la voie publique, on la voit à peine. " C'était voulu, précisent les deux architectes. On profite d'une belle vue, on ne voulait pas que les gens qui passent dans la rue soient pénalisés. On ne voulait pas interrompre leur regard. " Continuité et intégration ont donc dicté les lignes de ce projet.

" À la base, on cherchait une maison à retaper, confie Gilles Desirotte. En tant qu'architecte, il est toujours difficile de créer son propre projet. Une rénovation nous paraissait moins complexe. " C'était sans compter la découverte de ce terrain à vendre qui leur a tapé dans l'oeil : une parcelle boisée tout en longueur, en pente dans la partie en contact avec la rue et plate en contrebas, traversée par un ruisseau. " Nous avons été séduits par ses contraintes : sa déclivité, son étroitesse et son orientation pas terrible. Elles ont dicté les grandes lignes du projet. De plus, la partie plate permettait d'aménager une zone de jeux pour les enfants. Et le prix était attractif ! "

Texte: Anne-Catherine De Bast / Photos: Laurent Brandajs

Je vais construire et rénover n°377

Quatre Architects - www.quatre.eu

Nos partenaires